Jerem Runner

Un retour sur route hors norme – Courses de Strasbourg Europe

Après avoir renoncé temporairement au trail pour quelques et décidé de revenir sur route, je ne pouvais pas juste m’inscrire à un semi-marathon, un 10 km ou 5 km histoire de porter un dossard. J’ai profité de l’occasion plus que local avec les courses de Strasbourg Europe pour m’inscrire au challenge ACSE et enchaîner les 3 distances sur la même mâtiné.

Il est 7h quand j’arrive sur le village des courses pour y déposer mon vélo ainsi que mon sac pour pouvoir m’habiller chaudement à l’issue des courses. C’est là que je retrouve @jrmy_run, récent ambassadeur de Fréquence Running, qui attend dans la foule pour accéder au gymnase encore fermé… Une situation un peu désolante à 1h du départ du semi-marathon, surtout quand les bénévoles n’ont pas les clés et qu’un autre bénévole n’arrive pas avec la bonne clé… Hormis ce détail, c’est donc une rencontre très sympathique qui se terminera vers la zone de départ où nous iront vaquer à nos occupations.

Il est 7h20, je continue donc un peu mon petit tour pour dire bonjour à droite et à gauche à ceux que je croise avant d’aller m’échauffer vers 7h30. Au programme quelques allers-retours en petites foulées avant de faire des gammes puis des accélérations pour faire monter le cardio avant de rejoindre mon SAS de départ.

7h50 pour un départ à 8h00, il est temps de me rendre mon SAS en saluant au passage encore quelques personnes que je connais venu courir le semi-marathon ou juste encourager. Et si je me rends tardivement sur la ligne départ c’est aussi parce que ceux qui participe au challenge ont accès au SAS Elite. Pas de pression sur le départ à devoir doubler pour se caler sur une allure. Un départ aux avants postes permet de bien se caler sans bousculade.

Je retrouve avec plaisir @franbambi qui annonce qu’elle part au carton contrairement à ce qu’elle avait pu m’annoncer quelques jours avant. L’esprit de compétition quand il nous tient. On échange quelques mots et voilà que le départ arrive à grand pas.

A vos marques ! Prêt ! Partez ! Le semi-marathon est lancé !

​​​​Sur le coup, je suis étonné de la vitesse à laquelle la course est partie. Avec le recul, forcément que ça part plus vite qu’en trail (quoi que, des fois ça parti bien vite aussi) et je ne suis pas habitué à partir sur les premières lignes d’une course sur route. Je pointe en 3’26’’ au premier kilomètres… A l’entraînement, ça passe largement mais sur du aussi long. Alors je me dis à ce moment-là « qui vivra verra » car je ne suis là aussi pour voir ce que je vaux sans objectif vraiment bien défini. Il y a même un triathlète qui me demande quel rythme je vise et je lui réponds que je ne sais pas trop, je verrai bien au fur et à mesure de la course.

Le début de course est donc très rapide et le parcours propice pour que ça aille vite. Il n’y a pas trop de faux plats, pas trop de virage cassant l’allure, un peu de vent dans le dos… Que demander de plus ? Pas les premiers virages un peu cassant dans le parc du Pourtalès en tout cas. Ça vient un peu casser le rythme, surtout que c’est un peu humide dans le parc et donc les intérieurs de virages un peu glissant où je passe prudemment.

Sortie du parc, c’est reparti pour de la ligne droite avec quelques virages. Une partie de parcours que je connais plutôt bien car je m’entraîne régulièrement par ici. Le rythme est quand même un peu fort. Je me fais doubler de temps en temps, ce qui me permet de relancer à chaque fois pour me caler quelques minutes dans la foulée. On se fixe des objectifs comme on peut. Et je pointe au 10ème kilomètre en 38 minutes (Whouah ! Je n’en reviens pas moi-même et cela me motive à tenter de maintenir le rythme). Mais je sais que le parcours ne va pas être terrible avec pas mal de virage auxquels s’ajoute un passage dans le parc de Citadelle. Et le vent que nous avions dans le dos fini forcément de face à moment sans compter qu’il puisse tourner.

Je suis plutôt content de mes temps de passage et regarde très peu ma montre pendant la course (je n’ai même pas mis d’alarme pour contrôler mon allure de course). Je fais vraiment la course à la sensation car je n’ai pas l’habitude de mettre autant de rythme aussi longtemps.

Je me rappelle de mon dernier semi-marathon à Paris en 2014 où j’ai fini sans être fatigué… Alors même s’il y a encore 2 courses après, je ne suis pas venu aujourd’hui pour courir sur la réserve.

Le long du canal, je double un kényan ou autre en train de marcher qui a enlevé son dossard. Je me dis alors que ça me fera une petite satisfaction personnelle et ça me motive pour continuer de tenter de maintenir mon rythme de course.

Virage, ligne droite, virage, ligne… et nous arrivons au parc de la Citadelle en descente. Comme depuis plusieurs kilomètres, je m’accroche à ceux qui me double pour me relancer. On traverse le parc puis gros virage en épingle à droite, gros virage à gauche, relance en faux plat montant, succession de 4 virage à 90° sur 50m juste pour sortir du parc… A croire que ces virages ont été mis juste pour faire la distance officielle… La traversé du parc en elle-même était vraiment sympa contrairement au parcours tracé à l’intérieur. Mais l’avantage, c’est je sais à quoi m’attendre sur le 10 km car nous passerons au même endroit.

On traverse ensuite les quartiers Esplanade et Krutenau où quelques groupes se sont installé pour nous accompagner en musique sur le parcours avant d’attaque la partie sur la grande Ile. Petites rues, succession de virage, vent et passage au milieu des touristes sur le parvis de la cathédrale avant d’attaquer les derniers kilomètres de cette course.

Un peu moins de virages sur ces derniers instants mais du vent (pas d’une force incroyable mais quand même de face). Je me rends que j’ai un peu ralenti depuis le début de la course. Mais c’est tout à fait normal vu que je n’étais plus habitué à ce genre d’effort… Et indirectement, il y a une petite pensée dans ma tête qui me dit qu’il y a encore 2 courses derrière à faire…

Dernier virage, dernière ligne droite, dernière accélération et je boucle cette première étape du challenge ACSE en 1h25’22’’. Une grande satisfaction pour moi qui partait juste pour battre mon vieux RP de 1h32’09’’. Et au fond de moi, il faut être honnête, je rêvais de faire moins de 1h20. La raison l’a peut-être emporté ou juste qu’il me manquait ce petit quelque chose pour le faire… L’avenir nous dira si je suis capable de faire moins de 1h20 sur une épreuve unique.

Récupération d’entre deux courses…

Sur les conseils d’une ostéopathe, je me suis rendu tranquillement sur le village course pour retrouver ceux présent ce jour-là pour la récupération des coureurs. Ayant un peu de mal dans le haut des jambes, cela ne me fera pas de mal.

Après une séance plutôt dynamique étant donné que j’avais encore le 10 km et 5 km à faire ensuite, mes jambes étaient beaucoup plus détendues.

Je retourne donc en trottinant vers la zone de départ où je recroise Fran. On discute de nos semis que l’on vient de faire, on parle de la suite puis de sport en général avant de nous rendre dans notre SAS de départ.

J’ai la vague impression que les jambes semblent bonnes… Alors je me place devant et qui vivra verra…

A vos marques ! Prêt ! Partez ! Le 10 km est lancé !

Le départ est de nouveau rapide et je me sens bien à ce moment-là même si je pars plus prudemment et avec des jambes de quelqu’un qui vient de courir un semi-marathon quand même. Au travers du quartier Esplanade, on prend la direction du parc de la Citadelle. Et à partir de ce moment nous serons sur le même parcours que le semi-marathon.

3’53’’, 4’07’’, 4’15’’, le rythme faibli petit à petit… Mes jambes sont plutôt assez lourdes et la coupure entre les courses n’a pas aidé je pense en fait… Et j’ai mal sous les pieds… Ça ne m’est jamais arrivé, même après plusieurs dizaines de kilomètres en trail, plusieurs heures de courses…

Je me relance un coup quand Fran me dépasse car elle a l’air d’avoir un bon rythme. J’essaye alors de me caler dans sa foulée… Ça n’aura pas duré longtemps mais j’essaye de la garder ne point de mire un peu plus longtemps.

Ma motivation suivante est de retrouver un couple d’ami, ma moitié et ma fille sur le bord du parcours à l’entrée puis à la sortie de la Grande île. Je relance donc encore même si cela est difficile. Je me vois encore dire à mes supporters du jour que j’arriverai en 20 minutes au 5ème kilomètre. J’avais les yeux plus gros que le ventre je crois.

A partir de ce moment-là, je me cale sur un rythme tranquille autour de 5’00’’ avec des jambes lourdes, une foulée catastrophique, le visage marqué mais le sourire sur les lèvres.

Le vent est bien entendu toujours présent sur cette fin de parcours, je double la voiture balai du semi-marathon… Je tente une dernière accélération dans la dernière ligne droite et je fini quand même en grimaçant en 45’48’’. Un chrono plutôt satisfaisant au final avec le recul même si loin de mon RP sur la distance…

L’entre deux courses…

Ici, pas de massage ou autre au village des courses. J’ai pris mon temps pour boire et manger au ravitaillement d’arrivée avant de rejoindre Fran qui m’a proposé qu’on se rejoigne à la tente du Rhena pour être tranquille à l’abris du vent. Mais aussi pour reprendre notre conversation d’avant 10 km.

On a moins de 1h devant nous pour souffler, faire le point et repartir pour les 5 derniers kilomètres. Ça défile vite et nous voilà déjà repartie en trottinant jusqu’au SAS de départ où je me retrouve en première ligne interviewé par France 3 Alsace.

A vos marques ! Prêt ! Partez ! Dernière épreuve du challenge ACSE, le 5 km !

Le parcours n’est pas bien folichon ici, nous faisons tout simplement un aller-retour vers le parc de la Citadelle. C’est-à-dire 2 grosses lignes droite et quelques virages pour résumer en gros le parcours.

J’ai de nouveau fait un bon départ en 3’49’’ sur le premier kilomètre. Je suis satisfait de moi même si le rythme tombe rapidement. Avec 31 km au compteur et 2 coupures… Les jambes répondent mieux que sur le 10 km. Je suis plus en confiance sur cette course même si je sais que ce ne sera pas un chrono de folie non plus au final.

Fran me rattrape sur le retour, elle arrive à côté de moi, je relance un peu en me disant qu’elle va se caler dans ma foulée (elle vise la première place sur le challenge). Du coup, ça motive ! Mais elle est vite plus dans ma foulée… Dernier virage et dernière accélération sur ce 5 km pour finir en 21’21’’, hyper content de ces 36 km qui viennent passer.

C’est donc sur une note positive que je fini ce challenge ACSE en faisant 2 RP sur distance officielle (semi-marathon et 5 km) mais 3 si on prend en compte mon temps au 10 km sur le semi-marathon. Je suis plus que satisfait et ça ne m’a pas fait de mal de chercher de nouvelles limites en faisant ce challenge. De plus, je fini 18ème sur 169 ! Ce qui n’est pas trop dégueulasse pour un traileur.

A bientôt

Jerem Runner

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article