Jerem Runner

La montée des Schlitteurs 2018

Quoi de mieux pour finir l'année que de participer à la 6eme édition d'un Off qui se déroule tous les ans le 23 décembre. Et quoi de mieux si ce Off est organisé par Stéphane Brogniart en personne. Je parle bien évidemment de la montée des Schlitteurs !

Le rendez-vous fut pris il y a quelques semaines lors d’une séance de coaching au parc de la Citadelle avec des amis. Cela faisait un moment, voir même quelques années que ce rendez-vous annuel me faisait du coin de l’œil. Alors d’avoir l’occasion d’y aller à plusieurs, c’est motivant. Car il faut préciser qu’il y a quand même 1h20 de route entre Strasbourg et Saint-Dié des Vosges. Donc multiplié par 2, ça fait beaucoup tout seul juste pour 4,5 km et 550 m de dénivelé positif.

 

Entre temps, ma fille est née et les entraînements ont commencé à baisser un peu pour tout le monde. Ce n’est pas grave car la motivation est toujours bien présente pour se rendre à ce rendez-vous incontournable du 23 décembre.

 

C’est vers 15h45 que nous prenons la route la 23 décembre sous la pluie pour nous rendre à Saint Dié des Vosges. Nous arriverons tôt sur place car une amie avait rendez-vous plus tôt pour prendre ces dernières consignes.

 

Une fois à Saint Dié

 

Une fois à Saint Dié, la météo ne donnait vraiment pas envie de mettre le nez dehors… Pluie, vent et donc froid sont au rendez-vous. Je me prépare tranquillement sans sortir de la voiture tout en discutant avec mon amie. Et j’attends vraiment la dernière minutes pour mettre le nez dehors. C’est à dire quand elle devra rejoindre son contact pour les consignes.

 

Finalement, avec ma veste imperméable/coupe vent Storm de chez CimAlp, je suis plutôt bien sous cette météo très aléatoires. Elle est passée de grosse pluie à une toute petite pluie fine bien collante et le vent s’est calmé.

 

Le rendez-vous est à 18h pour nous les coureurs… Le monde arrive au fur et à mesure pour se regrouper sur une ligne de départ imaginaire décidé par Stéphane Brogniart. Nous écoutons sagement et dans une bonne ambiance ces consignes et il rappelle le principe de la montée des Schlitteurs à ceux dont c’est la première fois comme moi.

 

Le principe ?

 

Un départ entre 18h10 et 18h15 pour 4,5 km et 550 m de dénivelé positif jusqu’au rocher du Sapin en haut de la fameuse montée des Schlitteurs. Une « course » d’une heure maximum où tous les arrivants attendent les derniers en mettant une ambiance de folie digne du tour de France au sommet. Puis à 19h15… Tout le monde descends et les derniers reviendront une autre fois tenter leur chance…

 

18h15…

 

Pour vous dire à quel point l’ambiance est bon enfant, Stéphane nous demande plusieurs fois à la suite joyeusement si nous allons bien. Puis d’un coup, sans prévenir, un « C’est partie » et tout le monde s’élance pour affronter la montée des Schlitteurs.

 

 

Le départ se fait à une vitesse canon que je n’arrive même pas à suivre… Moi qui me disait que j’essaierai de mettre bien devant pour ne pas être gêné ou autre une fois sur la fameuse montée…

 

Tant bien que mal, j’essaye tout de même de prendre un bon départ sur le bitume dans les petites rues de Saint Dié le long de la Meurthe. Quelques habitants sont là pour nous encourager mais l’ambiance n’est pas encore de folie par ici.

Le parcours nous emmène dans un sentier tres boueux où je commence donc a baisser le rythme pour ne pas tomber bêtement peu de temps après le départ. Ça glisse vraiment beaucoup par ici et je me dis que la montée risque d'être bien longue si c'est comme ça jusqu'en haut.

Nous revenons ensuite sur de la route où nous croisons des habitants et des accompagnateurs venus nous encourager.

Dernière intersection avec une route, nous tournons à gauche rejoindre le début de la montée des Schlitteurs. C'est ici que je retrouve également mon amie bénévole sur l'événement. Un petit signe de la main, un petit mot d'encouragement et c'est partie pour la longue ascension. Il commence a y avoir plus d'ambiance par ici en plus. Ça promet pour le suite.

Une fois sur le sentier, je me rends compte que ce n'est pas si gras que ça. L'inclinaison de la pente doit y être pour quelque chose. Ça ne laisse pas le temps a l'eau de s'infiltrer dans la terre certainement. Alors j'en profite pour garder une petite foulée et un bon pas de marche quand l'inclinaison est trop importante pour moi courir.

Malgré la pluie et le vent pendant un soir de décembre, j'ai vite chaud. J'enlève rapidement mon Buff et les gants pour pouvoir respirer un peu plus et j'ouvre ma veste également.

Je me rends compte au fur et a mesure de la montée que c'est vraiment de costaud. Un très gros morceau pour lequel je manque d'entraînement depuis le Haut-Koenigsbourg. Mais je tiens bon et je profite de cette dernière sortie de l'année dans une bonne ambiance avec d'autres coureurs tous heureux d'être là sans "la pression" du dossard.

Plus on monte, plus l'ambiance est chaude. Des supporters sont présents malgré le mauvais temps pour faire un maximum de bruit. Il y a même un feu de fait avant d'attaquer le dernier tronçon nous menant au rocher du sapin.

Sur le final, l'ambiance n'était pas encore a son comble. Quel idée de "courir vite" quand on vient pour une ambiance digne d'un tour de France. Après 38'59'' d'effort, la chaleur commence a monter pour accueillir tous les coureurs qui sont derrière. Et il y en a encore un paquet à accueillir en faisant la fête jusqu'à 19h15.

La montée des Schlitteurs 2018La montée des Schlitteurs 2018

Je ne m'étais pas rendu compte que nous étions aussi nombreux au départ bien que je savais que Stéphane attendait 500 coureurs. Nous étions loin des 500 mais plutôt autour des 200 participants à cette évènement annuel. Et pour avoir déjà fait des étapes du tour de France te d'autres courses cycliste dans les Flandres, je peux vous garantir qu'on s'y croirait presque. L'ambiance est vraiment extraordinaire (pour ceux qui ont pu voir sur Instagram, je vous avez fait un live pour partager ça).

Bilan de cette sortie

Depuis le Haut-Koenigsbourg, je n'ai pas vraiment couru... Et encore moins dans mes sentiers préférés en montagne. Donc forcément ce fut dur physiquement avec un gros manque de dénivelé dans les jambes. Mais pas si dur que ça car j'ai quand même une bonne condition physique.

Par contre, ce qui fut "vraiment difficile", c'est que cela reste un très effort intense et rapide avec un départ à une vitesse canon. Préférant largement plus l'endurance à l'explosivité, je m'y attendais et je me suis rendu pour le personnage et le principe de l'évènement en lui même.

J'en garde donc un très bon souvenir et je vous recommande d'y participer au moins une fois. Compte tenu de la météo, je pense que l'ambiance a été moins importante que les autres années. A refaire dans des conditions un peu meilleur (car il ne faut pas oublier que ça reste quand même un 23 décembre...).

J'espère que ce premier article de l'année 2019 vous aura plus et je vous dis à très bientôt pour poursuivre cette année ensemble.

Jerem Runner

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article