Jerem Runner

A la rencontre de... Thierry Wehrlen alias Ti Wi

Aujourd’hui, on va changer un peu par rapport aux derniers mois où je vais ai beaucoup parlé de mes entraînements et de l’ultra-trail du Haut-Koenigsbourg. Cela fait un moment que je ne vous ai pas proposé une interview afin de vous présenter un acteur de la course à pied ou un simple passionné. Cela fait un an que j’ai posé mes valises en Alsace et que j’ai aussi ouvert la rubrique « Run In Elsass ». Alors on va faire coup double en vous présentant un acteur local dans le monde du trail alsacien/strasbourgeois. Je vous emmène à la rencontre de celui que l’on connait tous par ici sous le nom de TI WI sur Facebook.

 

Jerem Runner (J.R.): Salut Thierry, comment vas-tu ? Cela fait maintenant un peu plus d’un an que je t’ai rencontré sur Oberhausbergen lors d’une séance de travail en côte. Peux-tu te présenter brièvement aux lecteurs de mon blog ?

 

TI WI (T.W.) : Voilà, je m’appelle Thierry WEHRLEN, j’ai 54 ans, je suis marié et j’ai 2 grands enfants. Une fille de 22 ans et un garçon de 17 ans. Dans la vie professionnelle, je suis conseillé technique en assurance automobile à Strasbourg.

A la rencontre de... Thierry Wehrlen alias Ti WiA la rencontre de... Thierry Wehrlen alias Ti Wi

J.R. : Cela ne faisait pas très longtemps que tu proposais des séances de côtes le mercredi soir à Oberhausbergen quand nous nous sommes rencontré. C’était un petit groupe, cela faisait intimiste. Qu’est-ce qui t’a motivé à partager ce type de séance ?

 

T.W. : En fait, lorsque j’ai commencé à m’entraîner régulièrement en côte en semaine sur la Colline à Oberhausbergen, j’ai constaté que l’exercice n’était pas très motivant tout seul. J’en ai parlé autour de moi puis c’était parti pour un petit groupe de 5 personnes pour une séance hebdomadaire.

 

J.R. : Et aujourd’hui, on peut parler de « Success Story » avec des séances à plus de 30 participants ! A combien est le record déjà pour tes séances du mercredi soir ? Ça te fait quoi de nous voir toujours plus nombreux ?

 

T.W. : Il me semble que nous étions déjà 38 participants. Cela confirme que ce genre d’entraînement est très motivant en groupe. Tour d’échauffement en groupe puis chacun à son rythme pour les exercices, il y a vraiment tous les niveaux.

 

 

J.R. : Pour plus d’information sur ces séances de « TRAvail en côte », il suffit de s’inscrire sur le groupe Facebook « TrailRun Alsace ». D’ailleurs, tu es devenu un des administrateurs il y a peu de temps. Qu’est-ce qu’y a provoqué cette évolution ? Quel est ton rôle en tant que nouvel administrateur du groupe ?

 

T.W. : Je suis membre du TrailRun Alsace, étant donné que je propose régulièrement des évènements, les administrateurs de ce groupe (qui en passant sont super sympa) ont des projets pour faire évoluer le groupe et m’ont proposé tout naturellement de les rejoindre afin de renforcer l’équipe.

 

J.R. : Mais tu n’organises pas que des séances de travail en côte sur Oberhausbergen le mercredi. Tu organises également de nombreuses sorties longues le week-end auxquels j’ai pu participer également. Puis depuis quelques mois, tu organises des sorties le dimanche matin sous les couleurs de Matrat Training avec tes « Open Trail ». Quel est la différence entre les sorties longues que tu proposais avant et les sorties « Open Trail » ?

 

T.W. : J’organise une sortie Open Trail par mois entre 15 et 20 km sous les couleurs de Matrat Training, une association sportive d’entrainement à la course à pied dont je suis membre. Il n’y a pas vraiment de différences entre les sorties perso et celles sous Matrat Training. Les sorties sont ouvertes à toutes et tous pour partager un bon moment pour notre passion commune qui est le trail. Le plaisir avant tout, les sorties off c’est le moment de bien profiter de la nature, de s’arrêter prendre des photos et de discuter entre trailleurs. On a assez la tête dans le guidon lors des trails officiels.

 

J.R. : Vous êtes parfois plus de 50 participants sur ces sorties, c’est énorme ! Comment fais-tu pour gérer tout ce petit monde pendant la sortie ? Il te faut avoir des yeux partout pour être sûr de ne perdre personne…

 

T.W. : Effectivement, nous sommes très nombreux. C’est sans doute le fait que je propose mes sorties en dehors du calendrier officiel des trails régionaux. Et les parcours que je propose sont à chaque fois différents. J’essaye de sollicité des amis qui connaissent très bien les parcours choisis pour pouvoir éventuellement faire la trace. Cela me permet de naviguer dans le corps du groupe. Tous les participants ont pour consigne d’attendre à chaque croisement pour être sûr de n’oublier personne.

 

 

J.R. : Merci Thierry pour ces informations sur les sorties de groupe que tu organises. Parlons maintenant un peu de toi si tu l’acceptes. Parlons un peu de celui qui se cache derrière l’organisateur. En dehors des sorties de groupe, parles nous de tes habitudes sportives… Quand t’entraines-tu ? Avec qui ? Où ?

 

T.W. : Je m’entraine deux à trois fois par semaine, Matrat Training sur Strasbourg et mes séances le mercredi soir sur la colline à Oberhausbergen. Le dimanche matin je fais en général une sortie longue (15 à 25 km) dans les Vosges. Je fais ces sorties soit en petit groupe, soit seul pour découvrir de nouveaux parcours.

 

J.R. : Qu’est-ce qui te fais courir aujourd’hui ? Que recherches-tu dans la pratique du trail ?

 

T.W. : Je cours pour le plaisir, pour m’évader et pour garder la forme et les formes (rire).

A la rencontre de... Thierry Wehrlen alias Ti WiA la rencontre de... Thierry Wehrlen alias Ti WiA la rencontre de... Thierry Wehrlen alias Ti Wi

J.R. : Te fixes-tu des limites à ne pas dépasser en terme d’investissement physique dans la pratique du trail ? Je veux dire par là, en termes d’objectifs par rapport aux distances, dénivelé, niveau de technicité, temps d’effort, etc… ?

T.W. : J’essaye de ne pas trop en faire, d’en garder sous la semelle. Mon plaisir c’est courir et de finir les courses avec un maximum de plaisir sans vraiment tenir compte du chrono. De toute façon, je n’en ai pas la capacité. Kilian JORNET a dit un jour « Le plus fort n’est pas celui qui arrive le premier, c’est celui qui profite le plus de ce qu’il a fait ». Bon, il lui arrive souvent d’être le premier (rire). Je ne grille pas les étapes, mes objectifs sont raisonnables. Cela ne sert à rien de vouloir faire un ultra et se griller ou se blesser si après tu es 6 mois ou plus sur le carreau à ne pas pouvoir pratiquer ta passion.

 

J.R. : Je suis tout à fait d’accord avec le dernier point que tu évoques. On voit beaucoup trop de monde aujourd’hui dans cette situation qui veulent en faire trop pour finir blessé et ne plus courir pendant 6 mois ensuite… si ce n’est plus…

 

Quel peut bien être le meilleur souvenir sportif pour quelqu’un comme toi ? Une sortie, une course, une rencontre ? Racontes nous se meilleur moment, on veut tout savoir ?

 

T.W. : Avoir récemment rassemblé plus de 50 personnes pour une sortie privée et que tout le monde soit content d’avoir passé un bon moment. Ça me touche vraiment ! « C’est dans les petits plaisirs que l’on vit les grands bonheurs ».

 

J.R. : Et si je te demande ton pire souvenir, ce serai lequel ?

T.W. : C’est l’abandon d’une course, d’un trail, ça fait partie du jeu… c’est clair. C’est dur sur le moment mais il faut l’accepter et cela nous permet de mieux repartir. Bon, dans ma vie de coureur, cela m’est arrivé que deux fois. Lors d’un marathon et lors d’un trail de 43 km. Et à chaque fois avec des circonstances atténuantes.

A la rencontre de... Thierry Wehrlen alias Ti WiA la rencontre de... Thierry Wehrlen alias Ti WiA la rencontre de... Thierry Wehrlen alias Ti Wi

J.R. : Après le meilleur et le pire souvenir, dis-nous quel est ton rêve ultime en trail que tu aimerais réaliser, le genre de rêve pour lequel tu es prêt à t’investir pour le concrétiser ?

 

T.W. : Me lever un jour, mettre mes « joggings » et courir jusqu’à n’en plus pouvoir... Plus sérieusement, faire un grand trail de l’autre côté de la planète ou le panorama, la végétation est totalement différente de ce que je connais ici.

 

J.R. : Maintenant, pour conclure cette interview, je te laisse aborder le sujet que tu veux au travers d’un message, d’un conseil, d’un avis, d’un partage de ta philosophie. Tu as la liberté de paroles pour faire passer ce que tu veux.

 

T.W. : La valeur d’un homme tient dans sa capacité à donner et non à recevoir (Albert Einstein).

 

J.R. : Très belle citation. Je te remercie Thierry pour ton implication dans notre discipline au niveau local et pour ta gentillesse. Merci à toi d’avoir accepté de répondre à mes quelques questions, à bientôt.

 

T.W. : C’était un plaisir de répondre à tes questions, à bientôt sur la colline.

 

Vous ne pouvez plus hésiter après ça pour participer aux sorties organisées par notre grand TI WI. Rendez-vous sur le groupe TrailRun Alsace sur Facebook pour ne rater aucunes des prochaines sorties. Et en plus, vous savez quoi ? En tant qu’administrateur du groupe, toutes les sorties qu’il propose apparaissent dans le calendrier. Alors plus d’excuse maintenant et à bientôt.

 

Jerem Runner

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article