Jerem Runner

UTHK - L’échéance approche, plus qu’un mois

Le compte à rebours est lancé, nous sommes le 1er août 2018 au moment où ces quelques lignes sont mises en ligne. Dans un mois exactement, je profiterai des derniers instants avec ma compagne avant de prendre la route vers le Haut-Koenigsbourg.

Mais à un mois de l’échéance, où en suis-je ? Comment est-ce que je me sens ? Que m’attend-il ces prochaines semaines ? Je vais tout vous dire au travers de cette article (ou presque).

Comment se passe la préparation jusqu’aujourd’hui ?

Que de chemins parcourus depuis le début de ma préparation début avril pour l’ultra-trail du Haut-Koenigsbourg. Je me vois encore avoir du mal à récupérer de mes sorties longues en début de préparation. Alors qu’après le trail du Pays Welche début juillet, j’ai récupéré à une vitesse incroyable que je n’explique toujours pas.

Avec une préparation qui est montée crescendo en qualité et en volume, c’est donc un gros mois de juillet qui vient de se terminer conformément à mes prévisions (malgré quelques petits aléas de la vie). Je ne compte plus le nombre de sorties longues que j’ai pu effectuer ni même le nombre de séances clés pour monter en puissance physiquement.

Ce mois de juillet aura pu me permettre de courir et répéter encore et encore mon attitude en course, mon hydratation, mon alimentation, ma gestion de l’effort et la gestion de ma fatigue. Ce dernier point a été accentué en effectuant quelques séances avec de la pré-fatigue en cumulant des grosses séances successivement.

Au cours de ce mois de juillet, il a fallu faire face à la chaleur. Et cela tombe bien, car il fait généralement chaud lors des courses du Haut-Koenigsbourg. Matin, journée et soir… j’aurai couru à tous les moments de la journée pour me préparer au mieux à ce grand rendez-vous alsacien. Mais je vous vois déjà venir… je n’ai pas couru de nuit ? Effectivement, je n’ai effectué aucunes sorties de nuit. Détail que j’ai négligé ou non, je ne sais pas. Je pars tout de même du principe que j’ai l’expérience de la SaintéLyon en plus de très nombreuses séances de nuit à la frontale pendant toute la période hivernale.

Par rapport à ce que j’avais prévu grossièrement (oui, je n’ai pas prévu de plan d’entraînement à suivre à la lettre avec telle séance tel jour), je suis plutôt satisfait car j’ai respecté toutes mes grandes lignes.

UTHK - L’échéance approche, plus qu’un moisUTHK - L’échéance approche, plus qu’un moisUTHK - L’échéance approche, plus qu’un mois

Quel est mon état de forme à 1 mois du jour J ?

En ce qui concerne mon état de forme, j’ai eu peur de prendre un coup au mois de juin après mon déplacement professionnel sans entraînements possible (ou presque). Au final, après 2-3 séances, j’ai la sensation d’en être revenu plus fort. Ce déplacement professionnel est finalement tombé à pic pour effectuer une période de repos entre 2 courses (le Taennchel où j’ai fini 20ème et le Pays Welche où j’ai fini 27ème).

Je ne vais pas vous dire que je ne suis pas fatigué et que je pourrai faire un dernier gros mois tout en enchaînant ma course. En effet, je reste humain et raisonnable dans ma pratique. Je ne fais pas partie de ceux qui cherche à vouloir en faire toujours plus absolument en brûlant les étapes.

Au résultat, mon état de forme se résume par aucunes blessures musculaire et articulaire. Je Je me sens donc dans la bonne direction pour affronter les 108 km du Haut-Koenigsbourg.

Comment cela se passe-t-il dans mon quotidien ?

Le quotidien a une place importante dans la préparation d’un ultra, notamment la vie de famille et la vie sociale. Notre sport n’est pas un sport d’égoïsme, il ne faut pas tomber dans l’excès au détriment de ceux qui nous entoure. Sinon, nous serions tous bigorexique ou presque.

Sur le plan professionnel, je ne parle pas trop de mes courses à quelques exceptions prêtes. Soit au travers d’une discussion entre collègue lorsque l’on parle de nos week-ends. Soit de temps en temps avec un collègue qui pratique également le trail et qui est présent également aux rendez-vous du mercredi lors des séances de côtes.

Sur le plan relationnel, tout se passe pour le mieux. Je me garde du temps pour échanger avec mes amis sur divers sujet. Mais je ne vous cache pas, avec quasiment que des sportifs autour de moi, que les sujets de conversations tournent presque exclusivement autour du sport. Il y a donc les relations solide avec Matthieu, Thibault et Marie avec qui on parle à la fois de tout mais surtout de sport. D’ailleurs, j’apporte beaucoup de conseil à Matthieu et Marie pour les aider à s’améliorer. Puis il y a les relations strictement sportives que je retrouve chaque semaine. C’est toujours un plaisir d’échanger avec tous de tout et de rien.

Et sur le plan familial, je ne remercierai jamais assez ma compagne que je laisse seule de nombreuses heures pour m’entraîner. Elle accepte car elle sait que cela est temporaire. Je ne passe pas autant de temps à l’entraînement toute l’année. Et aussi car je sais aussi passer du temps avec elle. Et puis, nous avons de nombreux projets qui attendent et elle sait qu’elle pourra compter sur moi.

UTHK - L’échéance approche, plus qu’un moisUTHK - L’échéance approche, plus qu’un moisUTHK - L’échéance approche, plus qu’un mois

Quel est le programme de ces prochaines semaines ?

Pour ces prochaines semaines, il y aura tout d’abord du repos avec ma compagne. Nous partons souffler au soleil nous reposer ensemble et découvrir un coin que nous ne connaissons pas (vous aurez peut-être des petites photos sur Instagram). Et aussi pour revoir des amis qui habitent dans le coin où nous serons.

Ensuite, je ne vais pas rester sans courir sinon je perdrais tous les résultats de ma préparation. Il y aura donc encore des séances de côtes avec mes amis sur Oberhausbergen pour ne pas changer et travailler le cardio en côtes. Puis 1 ou 2 sorties longues (je n’y ai pas encore trop réflaichi), des footings, un peu de travail d’allure et quelques sorties nature en résumé. Mes séances clés de mes prochaines ne sont pas encore clairement définies. Mais comme dit Emelie Forsberg dans « Vivre et courir », quel que soit notre plan d’entraînements, il faut au minimum une séance clé par semaine. Celle où nous ne passerons pas à côtés.

Et voilà, je vous ai tout dit de ce qui a pu se passer les dernières semaines et sur ce qui va se passer au cours des prochaines. Tout ou presque, j’en garde aussi un peu pour moi. Je ne vais pas vous dévoiler tous mes secrets non plus. Alors je vous dis à très bientôt, je pars préparer ma valise.

Jerem Runner

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Mickaël 02/08/2018 09:16

Article intéressant, merci.

On voit bien que le repos "forcé" est tombé à pic, et il ne faut pas le négliger. Et après tout, la vie reste organique ! Donc autant profiter pleinement de ces "contraintes" pour accepter et lever le pied. Cela évite aussi de devenir trop rigide sur un plan d'entrainement trop peu adaptable.

Et du coup, tu as aussi la disponibilité d'esprit pour garder une vie sociale. Parfait !
Donc bravo !
Et sinon, tes petits secrets, on peut les avoir quand :p ?
Bien à toi,
Mickaêl