Jerem Runner

L’influence du mode de vie sur nos performances

Pour beaucoup, la pratique du sport se limite à l’entraînement uniquement. Et je suis d’accord avec ce point quand on débute car des progrès apparaissent rapidement. Rien de plus plaisant que de voir que l’on s’améliore et des effets sur notre condition physique. Mais il arrive forcément un moment où l’on stagne après quelques mois ou quelques années, tout dépends des personnes car nous ne sommes pas égaux. Pourquoi me direz-vous. Et je vous réponds donc que l’entraînement ne suffit pas et que notre mode de vie influe sur nos performances.

Au travers de cette article, je vais donc vous présenter mon mode de vie (qui est loin d’être parfait) mais qui je pense être en bonne adéquation avec ma pratique sportive. Et bien entendu, je n’ai pas la prétention de vous affirmer catégoriquement des choses à faire ou ne pas faire. Car comme je l’ai dit plus tôt, nous ne sommes pas égaux et nous n’avons donc pas tous les mêmes besoins.

Une alimentation saine et équilibré

Pour ma part, je pense que l’alimentation joue beaucoup notre progression et donc sur nos performances. De ce fait, je fais très attention à ce que j’achète. Ayant la chance d’avoir un marché aux légumes riches à côté de chez moi, j’ai pris l’habitude d’acheter mes fruits et mes légumes à un producteur bio local. Et j’ai donc la garantie d’acheter tout le temps des produits de saison.

L’avantage de consommer local et donc de saison, c’est d’apporter à notre corps les nutriments nécessaire et adaptés à la saison pour renforcer notre système immunitaire.

Mais de fonctionner comme je fonctionne oblige à faire une chose, cuisiner. Alors oui, certains sont réfractaires à la cuisine et préfèrent acheter en conserve et des plats tout fait. Mais cuisiner des produits sains venant du marché permet de savoir soit même la quantité de matière grasse présente dans notre assiette, la quantité de sel (personnellement je ne sale pas mes plats ou très rarement) et de ne pas consommer de produits non naturel tel que les conservateurs… Cuisiner un plat que vous aimez habituellement en tout fait, vous comprendrai tout de suite la différence (tout au moins au niveau du goût).

Bon, je vous avoue que je ne suis pas non plus un grand cuisinier et je fais surtout confiance à ma compagne qui me concocte des bons petits plats.

L’avantage de cette démarche, c’est que vous apportez de bonnes choses à votre organisme et vous vous sentirez donc mieux. Et donc si votre organisme se sent mieux, il vous remerciera donc en vous permettant de progresser dans votre pratique sportive.

Par contre, certains vous dirons qu’il faut une alimentation riche en tel chose, apporter tel ou tel complément… je vais être honnête avec, je ne fais pas attention tout cela et je me fais surtout plaisir à chacun de mes repas. Il ne faut pas non plus que notre pratique sportive déteigne sur notre quotidien et donc sur ceux qui nous entoure en imposant tel ou tel chose dans les repas (on commencera peut-être à parler de bigorexie).

Carnivore, végétarien, vegan, paléo…

Effet de mode ou effet réel, il faut avant tout respecter les choix de chacun en termes d’alimentation. Si on se sent mieux en adoptant tel ou tel régime alimentaire, c’est le principal. Car être bien dans sa tête, c’est être bien dans son corps et donc bien dans sa pratique du sport.

Mais quel est mon choix alimentaire ?

D’un grand mangeur de viande, j’en suis devenu un mangeur occasionnel. Mais cela ne s’est pas faut du jour au lendemain ou presque. En effet, j’avais bien l’intention de m’essayer au veganisme avec ma compagne en faisant disparaitre toute provenance animale de nos placards et de notre frigo.

On a d’abord commencé par devenir végétarien début 2017, et déjà là ce n’était pas facile de se passer de la viande. Alors on s’est dit que cela deviendra bien une habitude avec le temps. Puis en essayant d’être vegan, on a fait face à quelques contrainte devant trop modifier nos habitudes alimentaire… alors cela a tenu un temps pour quand même de nombreux produits.

Aujourd’hui, nous avons trouvé un juste équilibre qui nous correspond et qui correspond à ma pratique sportive. Bien que je n’aie pas évoqué la viande en parlant du marché, nous en achetons également sur ce dernier mais de manière très limité. C’est-à-dire que nous mangeons un plat avec de la viande au moins 1 fois par semaines. Et cela fait plusieurs mois que ça dure.

Au moment où j’écris ces lignes, je suis dans une période entre intensif et modéré en termes d’entraînements et je ne ressens aucun problème. Début 2017, j’avais fait une prise de sang pour faire un bilan. Je me prévois donc cela début 2018 pour voir si je ne suis pas carencé et donc retravailler sur mon alimentation.

Les déplacements du quotidien

Sur ce point, je sais que cela n’est pas forcément possible pour tout le monde car il va beaucoup dépendre de notre lieu de vie. Personnellement, je vie à Strasbourg depuis quelques mois maintenant et cette correspond totalement à ma conception du quotidien. D’ailleurs, cette ville fait partie des villes de plus de 100 000 habitants les plus agréables à vivre. Du plus avec l’influence du mode de vie germanique et des pays du nord, on constate rapidement qu’on ne vit pas à Strasbourg comme on vit ailleurs en France.

J’ai du mal à supporter l’idée de prendre la voiture pour les petits déplacements comme celui d’aller à la boulangerie, aller dans les parcs, faire ces courses, faire du shopping quand on a tout à notre disposition pour ne pas la prendre. Et cela ne s’adresse pas qu’aux citadins car on peut aussi éviter cela dans le milieu rural pour certaines choses.

Alors dans notre mode de vie avec ma compagne, nous nous déplaçons exclusivement à pied ou en vélo en fonction de là où nous deovns nous rendre dans Strasbourg (c’est une grande ville à taille humaine, mais ça reste une grande ville). Par ailleurs, si vous me suivez sur Strava, vous avez du remarquer depuis septembre mes « Velotaf » ! Et oui, je vais désormais le chemin maison-boulot en vélo et pas en transport en commun (pour à peine 4 km aller, je vais bien plus vite que de prendre les transports).

La voiture devient donc accessoire. Nous ne l’utilisons uniquement lorsque nous sortons de Strasbourg pour aller voir la famille où nous rendre dans certains magasins et faire de gros achats.

De tout faire à pied ou en vélo, votre corps le ressent systématiquement. Cela vous fait de l’activité physique dans un monde de plus en plus sédentaire. Et bien entendu, votre corps vous remerciera tôt ou tard car cela se répercute sur le long terme.

Le rythme de vie

Je pense bien que c’est là où l’on retrouve la plus grande incidence sur nos performances. Mais c’est là aussi où l’on peut rencontrer des difficultés pour avoir le rythme qui nous convient pour être performant sur les séances clés et le jour J.

Qu’est-ce que j’entends par rythme de vie ?

Dans un premier temps, parler de rythme de vie signifie pour moi de parler de temps de sommeil. Car pour reposer son corps et être en forme au réveil, il faut dormir. Et je ne parle pas des siestes que l’on peut faire en journée si on en la possibilité, mais je parle bien d’un véritable cycle de sommeil. C’est aussi pendant ces cycles de sommeil que le corps se remémore les apprentissages de la journée.

En fonction de notre âge et des activités de la journée, nous n’avons pas forcément besoin du même temps de sommeil. De plus, n’étant pas tous égaux, il y a des petits et des gros dormeurs. Personnellement, je me couche en moyenne entre 22h et 22h30 pour me réveiller à 6h20 les jours de la semaine. Cela me fait donc des nuits d’environ 8h, une durée qui correspond au temps moyen.

L’intérêt de dormir est donc ne pas être dans un état de fatigue avant même de s’entraîner ou de participer à sa course. Et donc d’être à 100% de ses moyens. Mais un facteur peut jouer sur son cycle de sommeil en fonction de l’heure à laquelle il a lieu, c’est le repas.

Ce qui m’amène donc à mon second point, les horaires et le nombre de repas par jours.

Chose que je n’ai pas fait pendant plusieurs années, c’est ne pas prendre de petit déjeuner alors que c’est le repas le plus important pour faire le plein d’énergie pour la journée. Aujourd’hui, je réalise au quotidien qu’il est vraiment important, et encore plus quand je fais des séances intensives le matin. Ensuite il est rare de sauter les autres repas de la journée.

Ce qui est important, c’est d’essayer de manger dans une fourchette horaire cohérente et régulière tout en s’adaptant à son rythme de vie et de travail. Mais, pour rejoindre le point précédent sur le sommeil, manger trop tard le soir peut venir perturber votre sommeil si vous ne vous laissez pas le temps de digérer avant.

Et pour terminer, j’entends par rythme de vie l’octroi de temps de repos. Nous n’avons pas le même emploie et donc des emplois du temps très varié. Nous n’avons pas tous un travail sédentaire ou physique. Il faut donc savoir s’octroyer des temps de repos en conséquence afin de pouvoir concilier vie professionnel et les entraînements. Cela veut dire également qu’il ne faut pas hésiter à renoncer à un entraînement ou de le décaler dans le temps.

Personnellement, quand je rentre du travail, je m’octroi un petit temps pour souffler pour que ma tête fasse une coupure et passe d’une activité à l’autre sans être brusqué. Notre cerveau a besoin d’assimiler les choses, donc cela est inutile vivre à pleine vitesse car ce ne sera pas productif sportivement parlant. Je m’octroie également une sieste le samedi et/ou le dimanche avant de profiter de la journée car ce sont des jours où je fais mes sorties longues.

Mais ces 3 points ne dépendent pas que de nous, ils dépendent de ce qui nous entoure dans notre environnement professionnel et familiale.

J'espère que vous comprendrai mieux comme je fonctionne dans ma vie grâce à ces explications et conseils que je peux vous donner. Comme j'ai pu le dire plus haut, je n'ai pas la science infuse alors n'hésitez à laisser un commentaire ou à me contacter pour échanger sur ces sujets.

A bientôt

Jerem Runner

PS : En guise de bonus sur mon mode de vie, je vous partage un article écrit par ma chère et tendre sur notre mode de vie plutôt minimaliste. Bonne lecture à vous.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article