J'ai testé pour vous... Ultra Bottle Zero de chez Raidligh

Publié le par Jerem Runner

Alors que le blog perd un peu de rythme ces dernières semaines avec l’annulation de ma participation à La Barjo et des priorités dans la vie qui passent avant le sport, je n’arrête pas de penser à vous. C’est pour cela que nous sommes ensembles aujourd’hui. Car dans la cadre de ma préparation, j’avais opté pour tout mon équipement, mais il y a quelque chose que je vous ai pas encore présenté. Je vais vous présenter le sac Ultra Bottle Zero de chez Raidligh qui est devenu mon fidèle compagnon pour les sorties longues.

J'ai testé pour vous... Ultra Bottle Zero de chez RaidlighJ'ai testé pour vous... Ultra Bottle Zero de chez Raidligh

Présentation Raidligh :

Le sac d'hydratation Raidlight Ultra Bottle 0 a été conçu pour les coureurs qui souhaitent une alternative aux équipements d'hydratation existants.

Léger, ergonomique et stable, ce sac est idéal pour les courses ne nécessitant pas une grande capacité de portage. En déportant le poids sur les épaules, il remplace ainsi parfaitement une ceinture porte-bidon ou un waterpack en vous offrant le confort d'utilisation des bidons.

Avec sa conception entièrement en mesh 3D et son poids ultralight de seulement 360 g, il se fera rapidement oublier !

Caractéristique

  • Ultralight (360 g pour le sac seul).
  • 100 % mesh 3D : léger, confortable et respirant.
  • 2 poches zippées avec poches mesh extensibles sur les bretelles.
  • 2 porte-flasques sur les bretelles (livré avec 2 flasques de 200 ml).
  • Sangle pectorale ajustable en hauteur.
  • Sifflet de sécurité intégré.
  • Système de fixation des sangles bretelles avec élastique évitant ainsi le ballottement.
  • Compartiment mesh extensible sur la face.
  • Élastique de compression.
  • Porte-bâtons diagonales arrière par élastique de serrage.
  • 2 porte-bidons pouvant contenir 600 ml (non inclus).
  • 2 poches zippées sur la ceinture ventrale.
  • Compatible avec le pack-avant Raidlight.
  • Éléments réfléchissants de sécurité.
  • Poche zippée en fond de sac pour un accès facile aux accessoires de sécurité.
  • Câble (amovible) rallonge audio (entrée/sortie « Jack ») pour téléphone ou MP3, situé dans la poche latérale.

Protection & Apports

  • Stabilité.
  • Sifflet de sécurité sur la pectorale, à portée de bouche.
  • Cover Belt sur la ceinture ventrale évitant ainsi le frottement contre le maillot.
  • Confort de portage.
  • Ergonomie.
J'ai testé pour vous... Ultra Bottle Zero de chez RaidlighJ'ai testé pour vous... Ultra Bottle Zero de chez Raidligh

Pourquoi avoir choisi un sac idéal pour l’entraînement et les trails court pour faire un ultra ?

Il est vrai que c’est perturbant de lire cela dans le descriptif du produit quand on sait que je l’ai choisi pour faire un ultra-trail de 100 km. Mais ce n’est pas pour rien que j’ai décidé de m’orienter vers un modèle comme celui-ci, loin de ce que l’on peut rencontrer habituellement.

Ce sac, ou plutôt ce gilet car je ne pense pas qu’on puisse vraiment parler de sac, entre dans l’évolution de ma vision de ma pratique. Je me décroche petit à petit du toujours plus. C’est à dire que je me décroche du toujours plus cher, toujours plus solide, toujours plus idéal pour la performance, plein d’équipements et de gadgets… la liste peut être encore longue. J’ai l’impression que l’on peut comparer certains coureurs à des portes avions tellement ils sont chargé de chose parfois inutile.

Ma vision se rapproche donc de celle du minimaliste, en emportant le stricte nécessaire pour réaliser ma course (dont le matériel obligatoire plus ou moins conséquent en fonction des organisations). C’est donc pour cela que j’ai choisi le Ultra Bottle Zero avec ces 4 poches idéalement placé et très pratiques. En préparant La Barjo, j’ai réussi à mettre boisson et nourriture pour un objectif de moins de 12h. De plus, si vous voulez emmener votre MP3 ou votre smartphone avec vous, il a même une poche dédié pour cela avec un câble qui remonte jusqu’en haut du sac pour brancher vos écouteurs.

Pas trop de contrainte à préparer le sac du coup ?

Avec un sac comme celui-ci, si vous voulez partir pour un ultra, il vous faudra être ultra précis sur ce que vous emportez. Donc ce n’est pas une contrainte quand vous êtes entré dans une habitude de minimalisme. Et vous savez aussi au fur et à mesure des entraînements ce que vous prenez et à quel endroit vous le ranger.

Avant de vous parler du sac et avec mon retour sur son utilisation, je vais commencer par les points négatifs si ça ne vous dérange pas.

A vrai dire, je ne lui ai pas trouvé beaucoup de point négatif. Je lui ai surtout trouvé un, et ça concerne la poche pour mettre notre smartphone. Très pratique me direz-vous, mais pas pour tous les smarphone malheureusement. Vous pouvez y glisser des petits téléphones du type Iphone 5S mais un Galaxy Grand Prime comme le mien (taille qui se rapproche des dernier Samsung ou Iphone).

Alors comment faire pour avoir son téléphone sur soi, lui qui fait partie de l’équipement obligatoire si il ne rentre pas dans la poche conçu pour ? Et bien pour ma part, j’ai un peu contourné le problème en y ajoutant une poche supplémentaire comme vous pouvez le voir sur la photo ci-dessous.

J’ai récupéré pour l’occasion la pochette de téléphone que j’avais avec ma ceinture double porte bidon Salomon et je l’ai fixé avec des épingles à nourrice sur la ceinture ventrale du sac. A voir dans le long terme pour faire une fixation plus solide.

Et c’est bien le seul gros point négatif que j’ai pu lui trouver pour le moment.

Points positifs

Car en ce qui concerne les points positifs, je lui en trouve vraiment plusieurs. Et tout commence par l’emplacement des bidons comme une ceinture bidon mais avec le portage au niveau des épaules comme un sac. Donc fini la ceinture qui bouge aux moindres mouvements où dès que les bidons commencent à se vider. Fourni avec 2 bidons de 600 ml, il est tout à fait possible de mettre des bidons de 750 ml.

La possibilité d’emmener 2 flasks de 200 ml au niveau du torse est très judicieuse également. Soit pour se faire 2 petits bidons d’eau clair ou alors pour se faire des shoots énergétique. A savoir, l’espace est suffisant pour mettre autre chose que les 2 flasks (mini bouteille d’eau, mini canette de soda, des compotes, etc…). Donc franchement, pour l’hydratation, ce sac/gilet à tous les avantages d’un sac.

Dans le dos, entre les deux bidons, il y a tout l’espace nécessaire dans le filet disponible. Personnellement, j’y glisse ma veste coupe vent CimAlp Skin 2 que je peux attraper en courant. Ce qui me permet au passage de l’enfiler par dessous tout en pouvant accéder aux bidons (mais dans ce cas, j’aurai peut-être du prendre la tailler au dessus pour vraiment être à l’aise en portant les deux comme cela). Et pour finir sur le dos, on y trouve également une toute petite pochette à l'envers que j'utilise pour y glisser ma couverture de survie.

Pour la suite du sac, effectivement ce n’est pas vraiment conçu pour faire de l’ultra sauf si on minimalise au maximum tout ce que l’on emporte.

En condition pour La Barjo, j’ai réussi à y mettre ma frontale Led Lenser H7R2, suffisamment de sachet HydrEnergy4 pour faire moins de 12h et des barres ou autre dans les deux poches sur le devant. Donc en gros, il faut bien choisir son matériel et les ravitaillements en regardant la place que cela occupe. Mais ce n’est pas tout pour minimaliser, il faut aussi bien se renseigner sur sa course avec les ravitaillements pour pouvoir optimiser tout ce que l'on emporte.

En conclusion

Malgré son point négatif par rapport au téléphone, la qualité, la finition et la polyvalence avec son côté minimaliste font que j’ai trouvé un compagnon idéal pour mes sorties longues. Avec lui je ne manque de rien. Et contrairement à un sac normal, j’ai tout à porter de main. Et c’est ce détail qui hyper important à mes yeux. Qui n’a jamais galéré à attraper quelque chose son sac ? Qui ne s’est jamais arrêté pour chercher quelque chose au fond du sac ?

 

A bientôt

 

Jerem Runner

Commenter cet article