A la rencontre de... Chartres Vertical et de Emmanuel Jublot

Publié le par Jerem Runner

Je n’ai pas fait mes débuts dans le monde du trail tout seul dans mon coin. Bien que j’arriva avec de bonnes bases issues de la route, je n’y connaissais rien au trail et internet m’apportais beaucoup trop d’informations. C’est en cherchant des conseils proche de mon lieu d’habitation que je suis tombé sur la section trail de Chartres Vertical. Une section où j’ai pu faire de nombreuse rencontre et apprendre beaucoup de chose même si je n’étais pas très souvent présent pour des raisons professionnelles.

Après une saison quasiment en solo après avoir quitté la section, c’est tout naturellement que j’ai contacté Emmanuel Jublot afin de mettre à l’honneur la section avant mon grand départ en Alsace.

« Jerem Runner (JR) : Salut Manu, merci d’avoir accepter de répondre à mes questions. Comment vas-tu ?

Emmanuel Jublot (EJ) : Je vais bien, merci ! Quelques aléas professionnels mais sinon je me sens plutôt en forme, sportivement parlant, cette année. En tout cas, c’est avec grand plaisir que je partage un peu de temps avec toi pour répondre à ton interview, Jerem Runner, et je te remercie de mettre ainsi à l’honneur la section trail de Chartres Vertical.

JR : Personnellement, je suis vraiment tombé par hasard sur la section il y a 3 ans maintenant. Est-ce que tu peux nous présenter la section pour ceux qui ne vous connaissent pas ? Depuis quand existe-t-elle ? Combien êtes-vous ?

EJ : La section trail de Chartres Vertical est, comme son nom e laisse comprendre, l’une des activités du club de Chartres Vertical. Chartres Vertical est une association tournée vers l’escalade et les sports de montagne. En 2008, l’activité trail (ie course à pied en montagne) a été créée pour permettre aux montagnards chartrains de s’entraîner, malgré le terrain peu propice de la Beauce, à cette pratique spécifique. L’engouement pour la course à pied en général et la multiplication des courses nature ou des trails de montagne ont ensuite favorisé l’essor de la section qui a été prise en main en 2010 par Olivier Robin qui lui a donné un cadre et une identité. J’ai repris l’encadrement et l’animation de la section en 2016 pour permettre à la section de perdurer. Olivier Robin fait toujours partie du groupe et prépare en grand partie le contenu des entrainements et la progression durant l’année (il est quelques sorte notre Directeur Technique). Nous sommes, depuis quelques années, un groupe de 15-20 personnes. Le groupe évolue un peu tous les ans mais présente toujours des profils variés, ce qui me parait essentiel (pour l’esprit de la section) et particulièrement enrichissant. Nous sommes relativement petits au sein du club et comparativement aux autres groupes de coureurs de la métropole mais cela permet également d’entretenir l’esprit qui s’est créé au fil des ans.

JR : Et comment s’organise la section autour des entraînements ? Car il n’y qu’un seul entraînement encadré par semaine si je ne me trompe pas. Qu’est-ce qu’y motive se choix ? Vous retrouvez-vous quand même régulièrement les week-ends ?

EJ : Effectivement il n’y a qu’un seul entraînement encadré par semaine. Il y a plusieurs raisons à cela. Déjà, une raison bassement matérielle : tous les encadrants de l’association (et donc de la section) sont bénévoles et il faut donc allier vie professionnelle, vie familiale et vie associative et sportive. A côté de cela, grâce notamment aux connaissances et à l’implication d’Olivier Robin, nous proposons un programme que chacun peut suivre et adapter à ses propres capacités, ambitions et aussi contraintes personnelles. Cette organisation peut ne pas satisfaire tout les publics mais apporte une grande souplesse dans notre fonctionnement. Cela correspond bien à notre méthode de préparation car chacun apprend ainsi à gérer ses intensités de travail et ses temps de récupération.

Il nous arrive effectivement de nous retrouver en dehors des entrainements hebdomadaires, le weekend mais aussi sur des courses ou des stages.

JR : Quand j’étais dans la section, c’était essentiellement Olivier Robin qui trusté les podiums en Eure-et-Loir mais aussi au Sancy par exemple sur l’édition hivernale. Maintenant, j’ai l’impression que le niveau monte vers le haut avec Marion, Christophe, Julien et toi. Est-ce une volonté de la section d’augmenter sa visibilité ou est-ce le hasard des rencontres ?

EJ : La volonté n’est pas d’augmenter la visibilité par les résultats. Cela ne nous déplait pas d’apparaître sur les podiums, bien évidemment, mais il n’y a aucun « recrutement » visant à élever le niveau de résultats de la section. C’est vraiment la typicité trail, la qualité de la préparation et sans doute l’esprit du groupe qui attirent et retiennent les membres. Mais il est vrai que certains se font pas mal remarquer, dans la région ou même plus loin d’ailleurs, ce qui prouve qu’on peut être fort en montagne même en s’entrainant en Beauce.

JR : Et c’était aussi Olivier qui encadré les séances, mais je crois que cela a changé et que c’est désormais toi qui les encadres. Il y a eu d’autres changements cette année ?

EJ : Oui, Olivier souhaitait prendre un peu de recul après six années d’encadrement et de gestion de la section. J’ai pris sa suite en conservant la grande majorité des choses, parce que je trouvais ça adapté et bien fait. J’ai simplement créé une page Facebook en plus du site internet qui existait déjà.

JR : Dans mes souvenirs, l’ambiance du groupe était loin de l’esprit de compétition et bon enfant. Est-ce toujours le cas ? Ca vous arrive de vous retrouver pour autre chose que de courir ?

EJ : Tu as tout bon : oui, c’est toujours pareil… en tout cas je l’espère ! Il n’y pas vraiment d’esprit de compétition entre les membres. Il y a le sens du challenge et du dépassement de soi (qu’ont aussi les compétiteurs) mais pas de rivalités entre les membres. Nous nous lançons évidemment parfois quelques petits défis mais cela reste très sains car mous n’oublions pas que, dans un trail, la compétition se joue d’abord avec soi-même. Ca peut paraître un peu prétentieux comme remarque mais tout coureur qui a déjà couru un vrai trail de montagne comprend de quoi je parle.

Certains se retrouvent dans les autres activités montagne de Chartres Vertical (escalade à la salle par exemple mais aussi sorties alpinisme, etc…). Le groupe se retrouve aussi parfois en dehors du sport mais cela reste occasionnel. La plupart du temps, nous nous voyons pour courir ensemble.

JR : Je ne vais rien inventer en disant que la section avance en fonction d’au moins 1 projet commun comme le Marathon du Mont-Blanc il y a deux ans je crois. Quelle est la grosse date de cette saison où l’on vous retrouvera ? Un stage de prévu pour préparer cette échéance ?

EJ : Effectivement, le groupe de fixe un objectif principal commun en début d’année, dont la date permet aussi d’organiser les grands temps de la préparation. Des objectifs sont également fixés en cours d’années, de façon cohérente avec l’objectif final.

Cela reste très libre, chacun peut choisir ses propres objectifs (en ajouter ou en éviter) mais il y a une progressivité des entrainements dans l’année du coup tout le monde est plus ou moins calé.

Cette année, l’objectif principal est la Maxi-Race à Annecy. Comme il y a plusieurs courses, chacun peut y trouver son compte en termes de distance et dénivelé. Certains partiront sur le 15 km (900 mD+), la majorité sur le 42 km (2800 mD+) et d’autres sur le 83 km (5200 mD+). Annecy servira aussi de préparation à certains qui visent un 100 km dans l’été.

Et oui, un stage de préparation est prévu (et a été réalisé fin avril), dans la région d’Annecy et des Bauges, pour se familiariser au terrain de l’objectif principal et cumuler du dénivelé (positif ET négatif) sur un gros weekend-choc.

JR : C’est dans pas longtemps tout ça ! La préparation s’est bien passée pour tout le monde ? Pas de blessé ?

EJ : Nous avons 2 blessés (ou ex-blessés). Matthieu qui a du mettre une petite parenthèse sur son année et Olivier qui se remet d’une entorse à la cheville et garde son objectif mi-juin.

Sinon, la préparation se passe très bien et tout le monde suit le programme avec assiduité et motivation. La plupart de ceux qui se sont fixé un objectif semblent en forme et en progression, ce qui est prometteur pour que les courses se passent bien (et surtout avec plaisir et satisfaction).

Nous revenons tout juste de notre stage de printemps de reconnaissance qui s’est super bien passé. On a eu 2 magnifiques journées pour le gros du stage et on a fini par une matinée sous la neige..! Assez incroyable et parfait pour les souvenirs ! Les stages (nous en faisons généralement deux : un en fin d’automne et l’autre au printemps) sont des moments privilégiés que tout le monde attend : ce sont des efforts rudes mais aussi des découvertes et des échanges, dans l’esprit du trail et de la montagne.

JR : Et quels ont été les dates marquante de cette saison où l’on a pu retrouver la section ? Des podiums au compteur ?

EJ : Il y a eu pas mal de belles choses cette année. En point numéro 1, une bonne ambiance toute l’année et des traileurs contents de leur préparation !

Il y a eu de beaux podiums, cela serait un peu long de tout citer mais on peut retenir l’excellente saison de (Super) Marion qui a fait des podiums sur la plupart de ses courses je crois. Olivier, Julien et Christophe ont aussi tâté du podium… mais je pense qu’il est important de féliciter tout le monde car les progrès se sont matérialisés pour chacun au cours de l’année.

JR : Mais dis moi, en cumulant l’expérience de chacun sur des trails aux 4 coins de la France, l’idée ne vous ai jamais venu d’organiser une épreuve par chez nous ? Vous devez en connaître des chemins vraiment sympa pour proposer différents parcours, non ?

EJ : Si, l’idée trotte dans une ou deux têtes depuis quelques temps. On connait effectivement des coins sympas mais on voudrait peut-être créer un format différent. Honnêtement, c’est un peu le temps qui a manqué jusque là pour qu’on se lance mais cela viendra peut-être.

JR : Et une dernière question pour finir, où peut-on trouver des informations sur la section ?

EJ : Tout ou presque est sur le site internet de la section et/ou sur sa page Facebook.

JR : Merci à toi Manu pour tous ces éléments de réponses grâce auxquelles les lecteurs vous pouvoir mieux connaître la section avec qui j’ai fait mes débuts. Et si on parlait un peu de toi maintenant ?

Qui que l’on soit, on est toujours curieux d’en savoir plus sur les personnes qui nous entoure. Et disons qu’avec ton gabarit, tu ne passes pas inaperçu non plus en tête de peloton sur la ligne de départ. Parle nous un peu de toi. D’où viens-tu ? Depuis quand cours-tu ? Un autre sport ?

EJ : C’est vrai que je suis rarement le plus petit dans les courses avec mon 1,86m, mais tu sais ce que c’est aussi. J’ai 38 ans et je suis originaire de Bourges (mais né à Clermont Ferrand d’où sans doute l’attirance pour les montagnes qui m’a toujours habité) mais j’ai pas mal bougé entre les études et le boulot : Le Nord-Pas-de-Calais, la Franche-Comté, St-Etienne, re-le NPdC, les Yvelines… et enfin Chartres où la petite famille s’est installée.

Je cours depuis… tout le temps. En tout cas j’étais déjà assez attiré par les cross à l’école et j’étais plutôt bon. Ensuite j’ai fait plus de sports co (du basket surtout mais aussi un peu de volley). J’ai fait aussi beaucoup de sports de montagne pendant les vacances (escalade, alpinisme, randonnées, ski, raquettes…). Mais j’ai toujours aimé courir et j’ai recommencé à pratiquer en me préparant à un défi lancé avec mon beau-frère : la demi-diagonale des fous (en 2008). Je courrais alors plutôt occasionnellement. Puis nous sommes arrivés sur Chartres en 2010 et j’ai rejoins la section en 2011 je crois (alors que je me renseignais auprès de Chartres Vertical pour l’escalade).

JR : Combien de fois t’entraînes-tu par semaine ? Combien de dossard par an ?

EJ : Ca dépend des semaines et du volume que je cherche à faire. Et ca dépend aussi beaucoup du boulot et de l’organisation familiale. Depuis quelques mois, j’ai plus de temps donc je cours un peu plus J, disons entre 3 et 5 fois par semaine (mais c’était plutôt 2-3 sinon).

Pour les dossards, c’est aussi un peu variable suivant les disponibilités des weekends dans l’année. Je ne fais normalement pas plus d’une course par mois (ou au moins espacées de 3 semaines) et je ne me fixe que quelques vraies courses objectifs de préparation (les autres sont des courses locales et/ou pour le plaisir ou à l’occasion).

JR : Arrives-tu facilement à concilier le sport avec ta vie professionnelle et ta vie familiale ?

EJ : Comme je le disais, en ce moment, oui mais sinon c’est effectivement compliqué de tout concilier car les journées longues et le stress ne sont pas forcément les meilleurs alliés du sportif. Côté familial, mes enfants sont encore petits et je ne veux pas trop les délaisser. Et puis ma femme fait également du sport (au CMTri) donc il faut aussi jongler avec ses entrainements et ses courses. Equilibrer ou faire rentrer tout ça dans l’agenda n’est pas toujours facile mais, malgré tout, je ne pourrais pas me passer totalement de sport.

JR : Arrives-tu donc à suffisamment bien préparer tes objectifs ou tu aimerais pouvoir en faire plus ?

EJ : Je ne suis pas pour l’entrainement à outrance mais il est vrai que les contraintes de temps sont souvent un frein à la préparation sur du trail un peu long. Mais la course à pied reste un sport assez facile à pratiquer (en terme de matériel et de logistique) donc ça pourrait être pire.

JR : Cela t’arrives de partager des séances d’entraînement avec ta compagne et tes enfants ? Trouves-tu cela important de partager notre passion avec ceux qui nous sont proche ou chacun d’avoir son petit jardin ?

EJ : Maintenant que les enfants tiennent sur un vélo, on arrive à faire quelques sorties communes en famille mais ce n’est pas encore super pratique pour réaliser une séance d’entrainement... J’aimerais effectivement partager plus avec ma femme et mes enfants mais ce n’est qu’une question d’âge des enfants j’espère.

JR : Il y a quelque chose qui te fait rêver en trail ? Un athlète ou une course en particulier ? Un défi fou que tu aimerais réaliser loin des organisations avec un dossard ?

EJ : J’adore la montagne donc ce que j’apprécie le plus en trail c’est de pouvoir parcourir la montagne. Une belle ligne de crête, une descente technique ou une belle montée escarpée… avec un panorama rempli de sommets, voilà ce que j’aime en trail. Malheureusement pour nous pauvres beaucerons, même traileurs, ces occasions sont plus de l’ordre de l’exceptionnel que de l’habituel…

J’ai déjà fait le tout du Mont Blanc en randonnée et j’avais adoré. Du coup, l’UTMB est forcément une course que je regarde avec attention car je connais le terrain. Sinon, l’île de La Réunion est tout simplement fantastique. Autre endroit qui me fait rêver et que je ne connais pas : la Corse et son GR20.

Côté athlète, il est difficile de passer à côté et de ne pas s’enthousiasmer des exploits hors normes des stars actuelles mais je ne peux pas dire que cela soit des modèles pour autant.

Mon premier ultra (distance > 80 km) cette année est déjà un beau défi que j’aimerais réaliser sans (trop) souffrir. Mes autres défis (sans dossard cette fois) mais qui ne sont pas si fous que ça sont des traversées (en mode trail bien sûr, en solo ou entre copains) : celle du Massif Central par le GR4 ou celle des Pyrénées par le GR10 ou le GR20 corse. Sinon, il y a d’autres coins du monde que j’aimerais fouler en trail (ou trek) mais qui tiennent plus du rêve que du défi…

A la rencontre de... Chartres Vertical et de Emmanuel JublotA la rencontre de... Chartres Vertical et de Emmanuel JublotA la rencontre de... Chartres Vertical et de Emmanuel Jublot

JR : Et ton meilleur souvenir en trail ?

EJ : J’en ai plusieurs mais la demi-diagonale des fous reste un souvenir extraordinaire : le cadre exceptionnel, l’ambiance unique, mais aussi la technicité et la difficulté du terrain.. et au final une telle satisfaction de l’avoir fait ! C’était ma première vraie expérience de trail et c’est cette course qui m’a donné envie de continuer ce sport.

JR : Merci Manu de t’être ouvert à nous après avoir parler de la section trail de Chartres Vertical. Le calendrier de trail étant relativement riche sur l’intégralité du territoire, je te dis à bientôt en espérant vous croiser toi et la section sur une de ces dates. »

Commenter cet article