[ECL] Semaine 5 / 9 - A 1 mois du jours J

Publié le par Jerem Runner

Semaine du 19 au 26 février 2017

Et oui, on peut le dire ! A la fin de cette 5ème semaine de préparation pour le trail Entre Chien et Loup, nous sommes à un mois de l'échéance. L'occasion pour moi, en plus de parler de ma semaine d'entraînement, de faire un bref bilan des entraînements et de mes sensations avant d'attaquer les 4 prochaines semaines.

5ème semaine d'entraînements

Les semaines se suivent et se ressemble un peu, footing et séance de côtes sont venu agrémenter mon planning d'entraînement. Et bien je vais être sincère avec vous, j'ai vraiment eu de bonne jambes cette semaine.

Tout d'abord lors d'un footing long (1h22) avec les collègues de travail qui était motivé pour changer de parcours. Je leur ai donc proposer de faire un peu de ligne droite le long des quais de Seine avant de faire le tour du jardin des Tuileries puis de revenir. 15 bon kilomètres plus loin, ça tirai un peu dans leurs jambes. Bien que je cru au bluff avec les quelques accélérations sur la route du retour, j'avais bien les jambes et eu non. Ca m'a mis serein pour bien commencer ma semaine.

Ensuite, séance de côtes sur tapis (la fameuse séance de côtes dont je remercie mon ami Christophe de m'avoir inspiré). A défaut de ne pas avoir trop de dénivelé, c'est vraiment une bonne alternative. Mais à force de faire toutes les séances à la même allure sur le même pourcentage de pente, j'avais peur de finir par stagner. Alors j'ai décidé de me tester en augmentant la vitesse de course. Pas de manière excessive mais uniquement de 0,5 km/h supplémentaire. Et bien, j'ai eu un peu de mal car le cardio est monté un peu plus qu'habituellement (normal, me direz-vous) mais j'ai réussi à boucler mes 4 fois 6 minutes.

Avant de continuer ma semaine, j'ai eu la chance d'être invité par Clinalliance de Villiers-sur-Orge pour une séance de cryothérapie corps entier. Elle est tombé à pic pour récupérer des 5 semaines de préparation. Je vous en parlerai un peu plus lors d'un prochain article.

Puis pour finir la semaine, j'ai décidé d'accentuer le travail en côtes et de bouleverser un peu mon programme. Que ce soit sur le week-end ou pour les semaines à venir. Les jambes ont vraiment bien répondu au lendemain de la cryothérapie. J'avais une petite douleur dans un mollet avant sans vraiment être gêner, aujourd'hui je ne sens plus rien.

Un bilan à 4 semaines de la course ?

Ce n'est pas rien de préparer une course sur plusieurs semaine. Cela demande quelques sacrifice, de la rigueur et parfois de la détermination pour boucler une séance. Mais comme je vous ai dit au début, ce n'est pas parce que j'ai un programme que je vais le suivre à la lettre. C'est quasiment impossible sauf si l'on est athlète et que l'on ne fait que ça de nos journées. Il faut savoir faire face aux aléas de la vie de tous les jours dans notre cas.

Après avoir commencer fort la préparation, j'ai calmer le jeu au bout de 2 semaines car je me suis dis que je n'allais forcément tenir jusqu'au bout avec cette intensité. Mais je reste quand même avec un volume de 60 km en moyenne par semaine pour mon trail de 28 km.

Cette moyenne me fait penser à un débat récent sur twitter où le sujet était de faire autant de kilomètres par semaine que la distance de la course qu'on prépare. Heureusement que je n'applique pas ça car sinon je n'arriverai pas à caler toutes mes séances.

Au fur et mesure que j'avance dans cette préparation, je me rends compte que ma "grosse coupure" lors de mon déplacement professionnel fin 2016 est plus que bénéfique. Car je n'ai quasiment pas couru tout en enchaînant les cross semaine après semaine (donc une bonne phase de repos général tout en gardant le cardio élevé avec les cross). Aujourd'hui je me sens plus qu'à l'aise lors de mes sorties. Que ce soit au niveau des jambes, du coeur, du souffle et de la tête, rien ne me semble insurmontable. Je repense même parfois aux longs mois qui m'ont immobilisé en 2015 et je me dit que je n'ai pas le droit de me plaindre et que j'ai de la chance de pouvoir prendre du plaisir à courir. Je pense donc aussi à tout ceux qui ne peuvent pas courir.

De ces sensations de liberté et d'un bon état de forme général, vient peut-être également le fait que je suis désormais beaucoup plus à l'écoute de mon corps et des sensations contrairement à avant. Que s'est-il passé ? J'ai arrêté de courir avec cardio et donc de me focaliser dessus lors de mes efforts. J'ai été convaincu par les coachs que j'ai eu fin 2016 qui ne travaille pas non plus avec le cardio. Pour eux, il veut tout dire et rien dire car en fonction de l'état de forme, les séances seront faussé. Ils m'ont conseillé vivement de courir à la sensation et à l'allure. Et aujourd'hui, j'ai l'impression d'être sortie d'une prison qui me retenu à chacun de mes pas.

Comme je vous ai dit plus haut, j'ai un peu chamboulé mon programme où je vais faire un peu plus de séance de côtes, surtout ces 2 prochaines semaine. Elles seront vraiment chargé à la fois en qualité comme en volume avant de baisser jusque la course. Ce sera l'occasion pour moi de finir mon test de la marque High5 bien que j'ai déjà utilisé la quasi totalité des produits qu'ils m'ont envoyé.

Pourquoi accentué le travail en côte ?

J'accentue le travail en côte car bien que j'ai progressé dans ce domaine, j'ai encore besoin de progresser. Je profite vraiment de ma préparation pour Entre Chien et Loup puis du trail des Lavoirs le 1er mai pour encore progresser. Car je sais qu'après je vais me consacrer exclusivement à l'endurance et avaler les kilomètres pour être prêt pour les 100 km de La Barjo.

Mais si tiens encore plus à progresser en côte c'est parce que je vais connaître du changement dans ma vie. Pour des raisons professionnelles, je vais partir vivre en Alsace cet été. Je serai donc dans une terre plus propice au trail et à proximité du massif des Vosges. Ce ne sera plus du tout le même profil de trail comme j'ai pu faire depuis 2014. Ce sera vraiment autre chose. Une très grosse expérience en perspective.

A bientôt

Jerem Runner

Publié dans Entraînements

Commenter cet article