[CR] Les foulées d'Halloween

Publié le par Jerem Runner

[CR] Les foulées d'Halloween

C’est à Saint-Aubin-des-Bois en Eure-et-Loir que je pose mes runnings pour une course nature nocturne que j’ai programmé dans ma préparation pour la SaintéLyon. Course sur le thème d’Halloween, c’est dans une ambiance chaleureuse que j’arrive accompagné de ma compagne pour ma première participation à l’épreuve. Heureusement qu’il y a cette ambiance car il ne fait pas très chaud mais il ne fait pas froid non plus.

Il est 19h30 quand je retire mon dossard, nous décidons alors de retourner dans la voiture pour rester au chaud en attendant 20h00 pour que j’aille m’échauffer 15 minutes avant le briefing d’avant course.

A l’échauffement, ma compagne m’informe avoir vu passé 2 autres membres de mon club (je pensais être le seul). Je pars donc à leur recherche tout en continuant mon échauffement (montée de genoux, talons fesses, pas chassés…). Une fois avec mes camarades, nous enchaînons les accélérations avant de gagner la ligne de départ.

Echauffement

Echauffement

Un dernier petit bisou à ma petite femme avant de me faufiler vers l’avant de la foule pendant que l’organisation fait son briefing. Remerciements, encouragements, dernières consignes de sécurité et un joyeux anniversaire aux anniversaires des jours rythment ces dernières minutes avant le départ.

[CR] Les foulées d'Halloween[CR] Les foulées d'Halloween
[CR] Les foulées d'Halloween
[CR] Les foulées d'Halloween[CR] Les foulées d'Halloween[CR] Les foulées d'Halloween

20h30 : Top départ !

C’est sur une boucle de 800 mètres que nous élançons à la lumière des frontales et des spots sur la zone de départ au son de « Allumer le feu » de notre Johnny national. Ca part vite, très vite même. Je ne m’attendais pas à autant de bagarre sur les premières foulées mais en plus d’étirer le peloton sur cette boucle, la tête de course se retrouve vite découpée en petit groupe de 3-4 coureurs.

800 mètres plus tard, j’ai le cardio qui est plutôt haut. Il va falloir que je lève le pied si je veux tenir le rythme en ré accélérant par la suite une fois le cardio stabilisé. Je croise le regard de ma compagne qui m’encourage en m’apercevant un peu à la dernière minute. Ebloui par l’éclat des frontales, elle cherche mon numéro de dossard au lieu de me reconnaitre au loin. Et c’est partie pour la première boucle de 8 km.

Je me souviens du parcours étant donné que j’ai fait la reconnaissance 1 semaine auparavant. Je sais que nous allons être vite sur les singles, partie que j’affectionne.

Une fois dans les singles, j’augmente mon allure de course contrairement à beaucoup qui lève le pied. J’ai l’impression qu’ils ont peur sur des singles. Mais à mi-parcours sur cette boucle, je le rends compte que mon cardio n’est toujours pas descendu mais il est stabilisé entre 85 et 88% de ma FCM. J’ai un petit coup de mou et j’essaye de maintenir ma position qui me semble bonne par rapport à mon niveau.

Forcément, je tire un peu sur la corde et je perds quelques places avant la fin de la boucle.

[CR] Les foulées d'Halloween[CR] Les foulées d'Halloween

Croisé le regard de ma chère et tendre a comme envie un effet de boost et je repars comme en 40 en me fixant de remonter un à un le classement.

J’aperçois vaguement une silhouette au loin avec une frontale qui éclaire à peine, voir même qui n’éclaire pas. J’en fais donc mon premier objectif de cette 2ème et dernière grande boucle de 8 km avant l’arrivée. Plus j’arrive sur lui, plus je me pose vraiment la question sur la qualité de sa frontale sur une épreuve nocturne, car en forêt il fait nuit noir.

Une fois que je l’ai passé, je pars à la chasse d’un concurent invisible que je cherche dans les singles pour me fixer un nouvel objectif. A ma grande surprise, je tombe presque nez à nez avec un participant une fois 5 mètres derrière lui ! Pas de frontale ? Il faut être stupide ! Mais bon, chacun sa course. Et je le passe.

Je remonterai encore 2 ou 3 personnes en sentant derrière moi une personne qui est en train de me remonter. Je fais même plus que le sentir, je remarque son faisceau lumineux à mes pieds et je remarque mon ombre devant moi.

 

Je le laisse se glisser devant moi dans un single alors que remontions sur un autre participant avant de nous engager dans un faux plat descendant. Nous y sommes presque, la fin de cette deuxième boucle arrive très rapidement. Je m’hydrate un peu, me demande si je passe devant ou pas avant d’attaquer le dernier faux plat montant car après ça va aller très vite.

Virage à droite et je prends les commandes de notre trio qui se transforme rapidement en duo. Je me sens tout léger et je me dis que je vais me battre jusqu’au bout quoi qu’il arrive et… Virage à gauche, on traverse la route sans prendre trop de risque car juste derrière on traverse de l’eau sur un petit pont de fortune, puis un single et presque tout droit jusque l’arrivée

Je suis en tête de notre duo, j’ai peut-être même un peu d’avance mais je le sens revenir finalement, il est juste derrière moi. Je sens presque son souffle contre moi. Il accroche accidentellement ma chaussure, il s’en excuse et se met à gauche. Nous continuons au même rythme jusqu’au dernier virage avant la ligne d’arrivée. A gauche toute et il lance le sprint ! A la chasse derrière lui, nous entrons dans la foule qui rend l’évènement festif, un tonnerre d’applaudissement mais je ne le rattrape pas… Je le laisse filer et franchi la ligne en 36ème position accueilli par Thierry qui accueille un par un les participants.

Bilan de course

36ème sur 413 en 1h19’26’’, je fais bien mieux que ce que pensais niveau chrono (je m’étais fixé 1h30) et je fini drôlement bien classé d’une manière général. Ce classement confirme tout de même ma forme du moment, me permet de respirer un peu et je n’ai à aucun moment été perturbé par la présence de tout type de faisceau lumineux autour de moi.

Petit point noir sur ma course, je me suis cogné à deux reprises le pied gauche dans une racine. Le gros orteil est plutôt douleur quand je me refroidi. J’espère que la douleur va vite se faire oublier.

Publié dans Récits

Commenter cet article