Ma course, ma vie, mes envies

Publié le par Jerem Runner

Vous êtes nombreux à me suivre sur twitter, sur facebook et ici sur le blog. Vous avez déjà tous pu lire ma présentation, mon portait sur RunHappy et mon interview sur le blog de unrunner.com. Il est donc venu le moment de vous faire un point de situation sur ma pratique de la course à pied et du trail.

Ma course, ma vie, mes envies

Comment suis-je arrivé au trail ?

De 2008 à aujourd'hui, beaucoup de chose ont changé. Je suis passé du simple jogging au runner d'aujourd'hui en passant par le sport pour s'entretenir et la course sur route. Dès mon premier Paris - Versailles de 2010, je me suis retrouvé mordu par la course à pied et à en vouloir toujours plus au point de faire des erreurs. En en voulant trop, faire 3 semi-marathons en 1 mois, je me suis rendu compte que mon corps à des limites et qu'il ne faut se presser pour les dépasser.

Je me suis donc posé beaucoup de questions durant cette période. J'avais une pratique de la course à pied très aléatoire jusqu'à une période où je me suis focalisé sur du 3000 mètres pendant 2 ans et demi dans le cadre de mon travail. Les entraînements, encadrés par un coach et croisés avec la natation et le renforcement musculaire, m'ont remis sur le droit chemin et ont éveillé ce petit esprit de compétiteur qui sommeillait en moi depuis toujours.

Ma VMA, mon allure et mon volume d'entraînement, mes chronos se sont améliorés considérablement.

Mais en 2013, je ressens comme un manque au fond de moi. Je ne m'épanouie pas pleinement dans ma pratique et je commence à me lasser des courses en ville avec plus de 30 000 participants. Un collègue me parle alors du trail en me voyant me morfondre dans mes pensées. Et c'est après la recherche de renseignements, photos, vidéos et de traileurs sur Chartres que je me lance dans l'aventure du trail hivernal du Sancy en janvier 2014 pour découvrir la discipline avec des membres du club Chartres Vertical auquel j'ai adhéré.

A se moment là, c'est fait, je suis un mordu de trail et je cherche de nouveau à améliorer mes capacités physique et mental. J'enchaîne avec le 30 km de l'EcoTrail de Paris et le 42 km du trail de la Côte d'Opale en solo sans mes camarades. Nous irons ensemble du côté de Moncontour en Bretagne pour découvrir un autre format de course, le trail en étape. Mais je ne vais pas rentrer dans les détails que vous pouvez retrouver sur le blog.

Et au delà de la course à pied, comment ça se passe ?

En une année, j'ai énormément évolué tant sur le plan de ma pratique de la course à pied, que du respect de moi-même, de mon regard sur la nature qui nous entoure et sur le plan nutritif.

Ce n'est pas que ma pratique du trail qui m'a apporté tout ça. C'est aussi ma famille, mes amis, mes contacts, mes collègues et surtout ma compagne qui sont derrière moi et me soutiennent dans mes projets.

Le soutien de ma compagne et ses encouragements au quotidien et lorsque je m'aligne avec un dossard, sa présence sur les lignes de départ et d'arrivée font que je partage avec elle ma passion chaque jours. Sa présence a été plus qu'importante pendant ma longue période de blessure. Je ne pense pas que j'aurai vécu de la même manière cette période de convalescence. Étant un peu tête brûlé, j'aurai peut être même empiré la situation en insistant sur les entraînements.

C'est avec elle que je construis donc mes projets sportifs à court, moyen et long terme. Je partage avec elle mon désir le plus fou, celui de faire un ultra-trail. Et contrairement à mes premiers désirs, ce ne sera pas le mythique UTMB mais nous irons à l'étranger tenter l'aventure ultra.

Ma course, ma vie, mes envies

Comment préparer ce projet ?

Ce type de courses ne s'improvise pas. Une préparation physique et mentale sur plusieurs années permet de construire ce projet. Cette construction se fait bien entendu sur le plan personnel, car il faut savoir organiser sa vie autour de ça sans devenir bigorexique et se mettre à l'écart des autres. Il faut commencer par savoir concilier sa vie de famille et sa vie sociale avec sa vie de traileur. Car quand on part courir un dimanche matin, c'est plus souvent pour une sortie longue qui se compte en plusieurs heures que pour un petit footing de 45 minutes.

Il faut également habituer son corps à cet effort long, très long. Car notre corps nous dira rapidement stop si on lui demande trop d'un coup. Il faut donc savoir planifier ses entraînements et ses sorties longues qui font le gros du travail. Mais il faut aussi savoir planifier un calendrier cohérent avec nos projets en choisissant judicieusement les trails auxquelles on souhaite participer. Plusieurs critères seront pris en compte: la longueur, la difficulté, le temps d'effort lié au parcours. Certains privilégieront la quantité avec le volume, d'autre la qualité en variant les plaisirs (volume, explosivité, etc.).

Comment est ce que je compte arriver à cela ?

Pendant ma période de convalescence, j'ai fait le choix de me lancer sur des distances longue tel que la SaintéLyon où je suis inscrit mais pourquoi pas aussi le 80 km de l'EcoTrail de Paris en étant plus ou moins un local étant donné que je travaille sur Paris.

Je vais donc commencer à me focaliser sur des trails pas forcément technique, mais sur lesquelles je vais pouvoir m'habituer à des temps d'effort en 2016 avant de passer sur du plus technique et long en 2017 et 2018 pour, pourquoi pas, concrétiser mon projet en 2018 - 2019.

Ma course, ma vie, mes envies

Publié dans Divers

Commenter cet article