Semi-marathon de Paris - Une dernière sur route

Publié le par Jerem Runner

Il y a des saisons avec un objectif.
Il y a des saisons avec des objectifs.
Il y a des saisons qui ne ressemblent à aucune autre.

Vous allez me demander pourquoi un semi-marathon alors que je vous ai annoncé que ma saison sera consacrée au trail. Et bien je vous répondrai que même dans une saison trail, il y a des compétitions préparatoires et/ou des compétitions autres que du trail qui permettent de se mettre en confiance.

Tout commence fin 2014, à l’ouverture des inscriptions pour le semi-marathon de Paris.

Une fois au travail, direction l’ordinateur et je me connecte sur ASO Challenge… finalement non car trop de monde sur le serveur pour pouvoir faire partie des premiers inscrits et bénéficier du premier tarif de 40€. Il me faudra attendre 13h00 pour pouvoir faire partie de ces 6000 premiers inscrits.

Pourquoi me suis-je inscrit à cette course ?

Mon début de saison 2014 est planifiée avec le 30 km du trail hivernal du Sancy me permettant de découvrir le trail (je sais, je n’ai pas choisi le plus facile) puis le 30 km de l’Ecotrail de Paris le 29 mars. Le dimanche 2 mars est alors une bonne date pour une compétition courte sur route pour faire le point sur l’entraînement.

Vendredi 28 février

Après de nombreux entraînements en aisance respiratoire, fractionné, natation, fartlek… il est venu le jour d’aller récupérer mon dossard pour participer à la course.

Je me suis donc rendu au Parc Floral de Vincennes où le salon du semi-marathon de Paris a été installé. Etant arrivé tôt, très peu de queue à la validation des certificats médicaux et à la récupération des dossards. L’affichage et le guidage étant très clair, impossible de se perdre.

Petit bémol à la remise du t-shirt du semi-marathon, où la taille la plus commune (L) ne possède qu’une seul queue (qui est malheureusement aussi la plus longue pour le coup). Donc un peu d’attente, qui au final ne fut pas si longue.

Dans l’après-midi, je ferai une dernière séance d’entraînement ou plutôt de décontraction musculaire en allant à la piscine faire des longueurs, de l’aqua-elliptique et du jacuzzi.

Dimanche 02 mars

Le réveil sera tôt pour pouvoir prendre un petit déjeuner plutôt classique pour un matin de course. N’ayant pas trop de connaissance en nutrition sportive et n’ayant pas un encadrement avec un nutritionniste, j’essaye juste de faire attention à ma nourriture par rapport à mes activités physique.

Dur dur de se réveiller quand même, il est 6h34 et je monte dans le train pour aller à Paris accompagné de ma copine et de mon frère. C’est la première fois qu’ils viennent assister à un évènement de ce type. Première fois également que je me rends sur une course avec des accompagnateurs qui m’encourageront avant la course et me féliciteront après avoir franchi la ligne d’arrivée.

Nous arrivons alors une heure environ avant le départ, le temps de me changer où je peux et j’attaque la dernière phase d’hydratation d’attente ainsi qu’une banane pour le sucre.

L’échauffement collectif commence à 9h30, je donne alors ma veste à ma copine par-dessus la grille qui nous sépare avant qu’elle ne se rende après la ligne de départ pour profiter de l’évènement.

Et « pan », top départ des élites à 10h00, puis chacun des sas prendront le départ afin d’éviter un embouteillage monstre en lâchant prêt de 40 000 concurrents d’un coup. Je suis dans le sas bleu (1h40) et bien concentré dans ma course et j’ai franchi la ligne de départ à 10h10. Tellement concentré, j’ai à peine fait attention à mes deux supporters qui m’encouragent.

Je me suis élancé sur la gauche de la route, afin de pouvoir doubler les plus lents du sas bleu. En effet, des concurrents  s’étaient glissés sur les premiers rangs pour pouvoir partir devant sans penser qu’ils gênaient un peu les autres.  Je me place donc avec les plus rapides du sas bleu en tête du groupe et nous rattrapons quasiment dès le premier kilomètre la catégorie de personne s’étant inscrit dans le sas jaune (1h35).

Les premiers kilomètres défilent aisément, et ma montre (Garmin 310 XT) me signale chaque kilomètre effectué. Je la consulte brièvement afin de voir mon temps au kilomètre :

-          Km 1 : 4’13’’
-          Km 2 : 4’11’’
-          Km 3 : 4’19’’

Je ne suis jamais allé aussi vite à l’entraînement, mais je me sens à l’aise, voir même facile. Je me dis alors que je vais garder l’allure que j’ai actuellement et qui vivra verra.

A ma grande surprise, j’aperçois un ami en train de jouer de la musique sur le bord de la route pendant ces premiers kilomètres (souvenez-vous, 2 guitaristes sur le côté droit de la route dans le bois de Vincennes). Je me mets alors sur le côté droit de la route, sur le trottoir juste pour lui faire un petit coucou en passant devant lui.

L’organisation a installé des pointages chrono tout le long du parcours qui permettent un suivi en live de chaque participant. Chaque pointage est installé aux kilomètres 5, 10 et 15, quasiment à chaque ravitaillement que j’ai réussi à prendre sans encombre. J’ai réussi à prendre à chacun d’entre eux de l’eau et un quart d’orange et/ou un morceau de banane. Je m’étais fixé de ne pas m’arrêter si je voyais beaucoup trop de monde pour ne pas perdre de temps bêtement.

Le pointage m’a donné les chronos suivants :

-          Km 05 : 21’06’’
-          Km 10 : 42’26’’
-          Km 15 : 01h04’25’’

Il fait vraiment super beau, et c’est donc un plaisir d’effectuer ce semi-marathon. Et quand je consulte mon allure moyenne sur ma montre, je me sens libre comme l’air et je sais que je vais battre mon record personnel de 1h41 sur un semi. L’objectif évolue alors en course, pourquoi ne pas aller faire moins de 1h35 ?

J’arrive dans les deux derniers kilomètres, je me rends compte que je suis vraiment allé vite malgré les quelques faux plats qui viennent ralentir l’allure. Puis dernier kilomètre, tout en faisant l’effort d’accélérer, je cherche mes deux supporters derrière les barrières. Surprise à moins de 500 mètres de l’arrivée je les vois et les entends, cela me donne le sourire et je suis encore plus fier d’avoir battu mon record personnel de plus de 9 minutes, car j’ai franchi la ligne en 01h32'09".

Que du bonheur, je suis soulagé d’avoir fini et à la fois heureux. Je fais tranquillement le chemin après l’arrivée qui nous permet de récupérer un poncho, une magnifique médaille, et un ravitaillement en eau et fruit avant de retrouver ma copine et mon frère heureux et fiers de me retrouver.

Lendemain de course

Il est l’heure de faire le bilan et de récupérer de la course. J’ai quelques courbatures dans les cuisses et une légère douleur dans le mollet gauche. Je me programme donc une semaine sans entraînement.

Je consulte les données de ma montre, je regarde mon classement, et ça me rend encore plus heureux.

Cette course confirme ma grande forme, et vient concrétiser mon objectif caché au fond de moi, franchir la barre des 1h35 et être classé dans les 10 premier pourcents des finishers.

En chiffres :

-          Chrono : 01:32:09
-          Allure : 4'22"/km
-          Vitesse : 13.74 km/h
-          Ecart avec le premier scratch : + 32'01"
-          Ecart avec la première femme : + 22’46″
-          Ecart avec le premier sénior : + 31'29"
-          Scratch : 2213e/32913
-          Hommes : 2149e/23190
-          Catégorie SEM : 1429e/14011


Retrouvez mon enregistrement Garmin ici

Semi-marathon de Paris - Une dernière sur routeSemi-marathon de Paris - Une dernière sur routeSemi-marathon de Paris - Une dernière sur route

Publié dans Récits

Commenter cet article