Les foulées de la Cathédrale de Chartres

Publié le par Jerem Runner

Nous voilà le jour J, petite course locale à grande notoriété avec près de 1400 inscrits, je vous parle bien sur des Foulées de la cathédrale de Chartres.

Mais avant de vous faire un récit de ma courte aventure de 9,3 km, je vous fais un petit rappel sur l’avant course.

Inscrit un peu sur un coup de tête frustré d’avoir mis 45 minutes 10 secondes en 2013 sans préparation, je décide de renouveler l’aventure en m’inscrivant aux foulées (on dit comme ça par ici) en avril avant un long déplacement professionnel en pensant pouvoir me préparer correctement cette année.

La préparation prend un coup dur car il n’y en aura pas pendant 4 semaines faute de temps et il me reste 3 semaines avant la course. Que faire ? Je prends alors les choses en main et m’entraînement exclusivement sur le parcours des foulées. Mes entraînements se constituent de 2 boucles du parcours à la place des 3 en ayant pour objectif de vraiment me sentir à l’aise sur la côte si emblématique (je me réserve 3 montées pour le jour J).

Le jour J

Remise des dossards

Habitant sur place, je vais récupérer le dossard tôt dans l’après midi pour avoir le reste de ma journée pour moi. Je dois vous dire que j’ai déjà vu mieux pour une remise de dossard (même pas eu le droit à un sourire).

Sinon bien fléché et bien indiqué, je récupère mon dossard 1238 avec plein de pubs pour les courses locales et surprise, ce n’est pas un t-shirt que je récupère mais une serviette de bain aux couleurs des foulées.

La course

Je me rends sur la ligne de départ vers 19h30 avec ma compagne afin d’avoir du temps devant moi pour pouvoir m’échauffer, observer les autres et de peut-être croiser des membres de mon club et Running Addict qui m’a signalé sa présence 1h plus tôt.

Je m’échauffe sur la butte des charbonniers lentement dans le sens de la descente puis entrecoupé de plusieurs accélérations dans le sens de la montée afin de faire monter le cardio et pour finir quelques talons-fesses puis des étirements.

Arrive alors le moment de gagner la ligne de départ qui est face à la médiathèque contrairement aux années antérieures aux pieds de la cathédrale. Le départ est beaucoup plus large mais en faux plat descendant, donc plus rapide. C’est à ce moment là que je rencontre des visages connu, Pascal et Philippe. Nous serons alors 3 de Chartres Vertical sur cette course.

Top départ à 20h30, et comme l’année dernière, malgré la largeur de la route, ça cogne un peu des coudes un peu dans tous les sens afin de pouvoir passer… j’ai un peu l’impression que certains jouent leur vie sur cette course, c’est bien dommage.

Boucle 1

Je fais le premier kilomètre très rapidement comme je l’ai prévu avant le départ, je le fais en 3’51’’. Une fois dans les rues, je gère mon allure car je sais que faire 3 fois la côte peut se payer dès le premier tour si j’arrive à bloc.

Me voilà face à ce mur, je prends à mon rythme en me faisant doubler par pas mal de monde mais je me sens vraiment en forme et je décide donc d’accélérer dans la 2ème partie de la montée pour arriver à la fin de la première boucle aux pieds de la cathédrale en forme en environ 13 minutes.

Boucle 2

Je croise ma compagne au début de la boucle qui est venu m’encourager sous la pluie, cela me donne du baume au cœur.

Pour cette boucle, je me dis de ne pas m’emballer car je suis vraiment en avance sur mon ancien chrono et je gère alors mon allure car mon objectif principal est bien de battre mon chrono et pas de faire un chrono bien spécifique.

La descente se fera alors à l’aise après avoir attrapé un gobelet d’eau en ravitaillement au sommet de la bute des charbonniers.

Dans cette 2ème boucle, pas trop de dépassement, pas mal de monde adopte la même stratégie que moi ou alors je suis facile et les autres déjà à fond ? Je reste concentré sur ce que je fais et j’arrive sur la côte que je prends à bonne allure, pas de repos avant de finir et d’entamer la 3ème boucle.

Boucle 3

Je recroise ma compagne, le temps d’une photo et on accélère tout au moins dans la tête. Concrètement  j’ai ralenti et mon accélération correspond à ma reprise  d’allure de course… Je rivalise avec d’autres coureurs en disant qu’ils finiront derrière moi.

Je suis alors à une bonne allure dans cette boucle, et 500 mètres avant le troisième passage sur la côte je me fais doubler par une féminine qui a démarré juste à côté de moi. Je ré-accélère donc une dernière fois dans la côte afin de la doubler et de finir au sprint sur les 200 derniers mètres.

Et c’est fini

Je suis sur la ligne d’arrivée en 41 minutes sur ma montre (41’10’’officiellement) avec la sensation d’être frais et au final de ne pas avoir tout donné. Cette sensation ne me dérange pas finalement car mon objectif est réalisé avec 4 minutes de mieux.

Un bilan à faire ? Pas trop de bilan, jusque la prochaine fois que je reviendrai ce sera pour descendre en dessous des 40 minutes.

Le fait de me sentir à l’aise en fin de course, bien que non comparable avec le trail de la Côte d’Opale que je ferai en septembre, me met en confiance pour la préparation de ce trail.

Les foulées de la Cathédrale de ChartresLes foulées de la Cathédrale de ChartresLes foulées de la Cathédrale de Chartres

Publié dans Récits

Commenter cet article