Objectif : La Barjo ! 6 mois avant le jour J !

Publié le par Jerem Runner

Objectif : La Barjo ! 6 mois avant le jour J !

Pour ceux qui me connaissent et/ou me suivent depuis un petit moment maintenant, vous n’êtes pas sans savoir que de vouloir faire de l’ultra-trail fait partie mes projets d’avenir et que je construis cela petit à petit sans bruler les étapes. Et aujourd’hui, je suis à 6 mois de faire mes premiers pas dans la discipline en participant à mon objectif de l’année, La Barjo ! Un ultra-trail de 100 km sur les sentiers côtiers du Cotentin.

Mais voilà, le temps qui me sépare de cette échéance est long et cours à la fois. J’ai à la fois hâte d’y être comme de prendre mon temps pour m’y préparer consciencieusement. Et ce dernier point, il faudra bien le respecter si je veux pouvoir finir cette épreuve tout en prenant du plaisir loin d’un objectif de chrono ou de classement.

Pourquoi loin d’un objectif de chrono ou de classement ?

Peut-être parce qu’au final cela n’est que éphémère contrairement aux souvenirs et au plaisir qui resteront gravés dans le marbre pour continuer de forger mon expérience.

D’accord, mais pourquoi avoir choisi un ultra dans le Cotentin et pas en montagne ?

L’ultra-trail est vraiment une discipline qui me fait briller les yeux quand je regarde des reportages, des vidéos et des photos de courses, quand j’échange avec d’autres ultra-trailers ou le simple fait de lire des récits de courses mythique ou non. Car ce qui rend une course mythique, ce n’est pas forcément sa réputation, mais ce qu’elle dégage dans l’esprit de chacun.

Donc oui, je rêve de gravir des sommets pendant des heures et des heures. Mais oui, j’ai aussi envie de parcourir des chemins pendant des heures quelque soit la région à partir du moment où le trail me permet de voyager et de découvrir dame nature autrement. Donc je ne me focalise pas uniquement sur les ultra-trails avec 10 000m de dénivelé positif sur 160 km, mais aussi sur les autres comme La Barjo !

Initialement, j’avais l’intention de m’engager sur le 87 km du Raid du Morbihan. Mais pour des raisons personnelles, il m’est impossible d’être à deux endroits différents. Mais voulant absolument bloqué un objectif annuel en juin en Bretagne ou en Normandie, je suis tombé sur La Barjo ! Alors entre 87 km ou 100 km, je me suis dis pourquoi pas atteindre cette barrière psychologique des 100 km.

A cette période, il y a de nombreux trail et ultra-trail. Pourquoi choisir la Bretagne ou la Normandie ?

J’ai beaucoup hésité entre la montagne ou non avant de chercher une date et un trail correspondant à mes attentes. Mais étant donné que je suis en Eure-et-Loir, je suis loin de pouvoir me préparer idéalement pour un ultra-trail en montagne comme j’ai déjà pu vous le faire découvrir dans la série « Trail en Eure-et-Loir ».

Préparer un ultra en montagne, cela signifie aussi d’effectuer au moins 2 trails préparatoire en montagne et si possible un week-end choc. Or, avec mon planning 2017, ce n’est pas envisageable pour moi de partir si loin de chez moi pour me préparer.

Donc courir un ultra-trail dans le Cotentin est totalement naturel compte tenu de la similitude du paysage même si cela doit être un peu plus vallonné sur la côte.

Comment préparer cette ultra trail ?

C’est maintenant que commence les choses sérieuses donc.

Compte tenu de la similitude des paysages, je n’ai pas forcément besoin de participer à des trails en préparation. Je peux me contenter de sorties longue et de tout autres séances pour me préparer.

Mais, et il y a toujours un mais, il est quand même intéressant d’avoir une ou deux courses pour se préparer. Tout simplement pour s’habituer à prendre des départs avec une masse sans se faire prendre au piège de la vitesse (détail plus qu’important pour le jour J) mais aussi pour s’habituer à ne pas forcément être seul dans des singles et s’habituer à attendre de temps à autres en suivant quelqu’un jusqu’à ce que le chemin s’élargie.

Donc pour préparer La Barjo, comme vous avez déjà pu le voir dans mon calendrier, j’ai planifié 2 trails !

J’ai choisi le 28 km du trail semi-nocturne Entre Chien et Loup pour son côté nocturne car départ est donné la nuit le jour J. Puis le 50 km du trail des Lavoirs en vallée de Chevreuse pour travailler sur la distance en situation de course (répétition des gestes, test du matériel, gestion des ravitaillements, etc…).

Comment est-ce que la préparation va-t-elle être vécue ?

Il y aura différentes manières de suivre ma préparation pour La Barjo.

Tout commence sur les réseaux sociaux sur mes comptes facebook, twitter et instagram. Mais les véritables détails seront ici sur le blog où je pense vous parler de mes entraînements chaque semaine (au mieux) ou une fois par mois (au pire). Il me reste encore quelques jours pour y réfléchir.

Mais en plus de vous parler de mes entraînements de manière régulière, la préparation de La Barjo est l’occasion pour moi de marquer le retour de la série « Trail en Eure-et-Loir » où je vous ferai découvrir comment on peut se préparer à un ultra ou moins chez nous.

Je vous dis donc à bientôt pour partager avec vous cette belle aventure.

Jerem Runner

PS : Si vous avez raté l’information, je vous propose de remporter deux dossards pour le trail semi-nocturne Entre Chien et Loup (la distance de votre choix) sur ma page facebook.

Publié dans Entraînements

Commenter cet article

bob 19/12/2016 09:03

Belle course,

je l'ai fait il y'a quelques années (90km)

Ultra avec peu de concurrent donc super ambiance. on se retrouve assez vite seul
Rien à voir avec les course bondées...
Les 40er km sont très très plat, limite rengaine.
Excepté pour ceux qui voient rarement la mer car on longe et courre sur les plages.

par contre les 40 dernier sont très loin d'etre simple, ça monte et ça descend sec parfois.
petit prépa des quadriceps ne fera pas de mal pour bien finir cet ultra qui se déroule dans un paysage juste époustouflant (goury, bai ecalgrain, etc)
Tu va vraiment aimer cet environnement marin juste exceptionnel et très accidenté (et pourtout pas aussi couru (à tord) que les côtes bretonnes)

Bon choix ;-)

Jerem Runner 28/12/2016 08:51

Merci Bob pour ton commentaire,

Oui je pense vraiment avoir fait un bon choix de course pour me lancer dans l'ultra-trail. Et le fait d'avoir un peu couru sur les chemins le long de la côte proche du parcours ces dernieres semaines m'a conforté dans mon choix.

Oh oui la Bretagne, on entend beaucoup plus parlé que la Normandie pour le trail. Je devais d'ailleurs faire le raid du Morbihan, mais faute de planning je ravi de venir courir en Normandie